Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

L’Oréal arrête la commercialisation de Decléor

DECLÉOR

Rachetée en 2014 au groupe Shiseido, la petite marque française Decléor destinée aux spas devait permettre à L’Oréal de conquérir le marché de la beauté professionnelle. Le géant mondial des cosmétiques a finalement décidé de jeter l’éponge.

Décidément, le marché professionnel de l’esthétique et du spa ne réussit pas à L’Oréal. Annoncé tambour battant en 2014, le rachat de Carita et de Decléor au groupe japonais Shiseido n’a visiblement pas donné les résultats espérés.

Depuis, les deux marques ont quitté la division Produits professionnels. Carita a été reprise en main par L’Oréal Luxe, tandis que Decléor végétait dans la division Cosmétique active, rebaptisée aujourd’hui Beauté Dermatologique, en attendant d’être fixée définitivement sur son sort…

C’est désormais chose faite. Selon le site d’information américain WWD, L’Oréal a annoncé qu’il arrêtait la commercialisation de la marque créée en 1974 par l’esthéticienne Solange Dessimoulie, puis rachetée par Shiseido douze ans plus tard. Il y a neuf ans, son rachat par le géant français, présidé alors par Jean-Paul Agon, s’annonçait pourtant prometteur.

« Une place de choix dans les instituts de beauté »

Les deux marques, Carita et Decléor, très présentes sur le marché du soin de la peau professionnel en instituts de beauté, les spas et les salons de coiffure, réalisaient, à elles deux, 100 millions d’euros de chiffre d’affaires.

«C’est une formidable opportunité pour notre division, qui va prendre une position majeure sur ce marché stratégique de la beauté professionnelle très complémentaire du circuit de la coiffure. Decléor et Carita sont deux très belles marques qui occupent une place de choix dans les instituts de beauté, particulièrement en Europe de l’Ouest», se félicitait An Verhulst-Santos, qui dirigeait alors la division produits professionnels de L’Oréal.

Mais la stratégie évolue… «L’objectif ultime de L’Oréal était de faire de Decléor une marque hybride grand public et spa, destinée à la fois aux détaillants spécialisés et aux spas professionnels», souligne WWD. Las ! Le marché de la beauté du bien-être holistique, centré sur les produits à base de plantes, est devenu de plus en plus compétitif, alors que la tendance faisait de plus en plus la part belle à la dermato-cosmétique et à la cosméceutique.

La marque devrait être distribuée jusqu’à l’été 2024

En clair, L’Oréal n’a jamais pu faire remonter les ventes de Decléor. Trois semaines après s’être désengagé de Sanoflore, une marque qui faisait également partie de la division Beauté Dermatologique, le groupe français révise à nouveau son portefeuille de produits, souhaitant se recentrer sur ses marques à forte connotation «santé», comme La Roche-Posay, Vichy, CeraVe ou SkinCeuticals.

«L’Oréal dispose d’un portefeuille de marques complémentaires. La stratégie du groupe est d’acquérir et, parfois, de sortir de certaines marques, pour conserver un portefeuille très solide et la complémentarité dont il a besoin pour prospérer sur le long terme», indique-t-il dans un communiqué, rapporte WWD.

Pour autant, la distribution des produits dans les instituts ne devrait pas s’arrêter brutalement. «Si les ouvertures de compte ne sont plus possibles, nous continuerons à approvisionner les clients historiques Decléor au moins jusqu’en juillet 2024», a assuré à Profession bien-être Christophe Cronier, dirigeant de Beauty Tech, le distributeur officiel de la marque.

LIRE AUSSI : La Maison Carita à la reconquête du luxe français

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.