Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

La coiffure et l’esthétique ont perdu plus de 2 000 emplois salariés

BEAUTÉ AFRICAINE

En 2020, si les emplois salariés dans l’artisanat s’en sortent globalement mieux que dans le secteur privé, la coiffure et les soins esthétiques font partie des activités les plus touchées par la crise, selon un baromètre annuel.

«Si un effondrement de l’emploi était à craindre dans de nombreux secteurs, il semble que l’artisanat ait limité la casse», soulignent dans un communiqué l’Institut supérieur des métiers (ISM) et la Maaf, qui viennent de publier les résultats de leur dernier baromètre. Premier constat : les emplois salariés ont mieux résisté l’an dernier dans l’artisanat (+ 1,7% par rapport à 2019, soit 28 000 emplois créés) que dans l’ensemble du secteur privé (-2%).

Cette dynamique s’observe surtout dans les métiers du BTP (+3%) et de l’alimentation (+3%), dont la croissance des créations d’emplois s’explique «par la hausse de la demande en travaux de rénovation et de la consommation à domicile et par le retour vers les circuits de proximité», selon cette dernière enquête.

Mais ces bons chiffres masquent une réalité disparate, car les restrictions sanitaires ont frappé plus durement d’autres secteurs. Les plus grandes pertes d’emplois ont ainsi été relevés dans les transports (-4 %, -540 emplois), la coiffure et les soins esthétiques (-2 %, – 2 020 emplois), poursuit l’étude.

«Si certaines activités ont été plus pénalisées que d’autres à l’instar de la coiffure et des soins esthétiques, la faute aux multiples périodes de confinement qui n’ont pas eu les mêmes répercussions selon les secteurs», commente Marielle Vo-Van Liger, directrice marketing et communication de la Maaf, citée dans le communiqué.

Les micro-entrepreneurs dans le rouge

Cette disparité se retrouve aussi dans les recrutements. Globalement, les entreprises de l’artisanat ont diminué leurs embauches de 8% en 2020, en raison, notamment, des mauvais résultats du deuxième trimestre. Mais cette chute a été en partie amortie par la reprise des recrutements les trimestres suivants, notamment dans le BTP. Dans les services, en revanche, la baisse d’activité se traduit par un recul constant, sauf au 3e trimestre : -4% en T1, -35% en T2, 0% en T3 et -6% en T4.

En ce qui concerne les créations d’entreprise, l’artisanat de fabrication (+4%) et le BTP (+2%) témoignent d’une bonne dynamique sur l’ensemble l’année, malgré un deuxième trimestre dans le rouge, ce qui n’est pas le cas des services, dont les nouvelles immatriculations sont en recul de 1% sur la même période.

Enfin, la situation des micro-entrepreneurs est également évoquée. «Moins couverts par les dispositifs d’aide, ils ont été «sévèrement touchés par la crise», constate le baromètre, qui relève toutefois une très légère augmentation des immatriculations (+ 1% par rapport à 2019). Les chiffres d’affaires déclarés en 2020 montrent une baisse moyenne de 12% de leur chiffre d’affaires, notamment dans les activités de taxis-VTC (-57%) et de coiffure/esthétique (-32%).

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.