Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

L’intelligence artificielle, vedette de la beauty tech au salon Viva Technology

BEAUTÉ

Cette année, l’IA était omniprésente à Viva Technology, le plus grand salon européen de la tech. Et la beauté ne faisait pas exception : de L’Oréal à Perfect Corp, en passant par des start-up prometteuses, comme Maison M ou Beauté Inée.

L’intelligence artificielle, c’est incontestablement le sujet phare du moment. On en parlait déjà au salon Cosmetic 360 dès 2022. Depuis, elle s’est immiscée un peu partout dans la beauté, comme pouvaient le constater les visiteurs du salon Viva Technology, la grand messe de la tech française, qui a fermé ses portes ce samedi à Paris.

L’Oréal, également géant de l’innovation technologique dans l’univers de la beauté grand public, avait, pour l’occasion, déployé les grands moyens. «Pionniers de la Beauty Tech depuis des années, nous sommes absolument convaincus que la technologie peut repousser les limites du possible en matière de beauté, en générant un impact positif sur la vie des gens à travers le monde», a fait valoir Barbara Lavernos, directrice générale adjointe en charge de la recherche, de l’innovation et de la technologie du groupe français, lors d’un point presse.

Un diagnostic de peau en quelques secondes

Quelques mois avant son lancement aux États-Unis et en Europe l’an prochain, son assistant personnel Beauty Genius a capté toute l’attention du public. Alimenté par une IA générative, c’est-à-dire capable de générer toute sorte de contenus, il aide les consommateurs à choisir leurs produits de beauté parmi 750 références de L’Oréal Paris.

«On peut obtenir un diagnostic de peau en quelques secondes à partir d’un selfie. À la fin, j’aurais une recommandation personnalisée», a expliqué à Profession bien-être la Chief digital officer de L’Oréal Paris, Visna Lim, iPhone en main. Un échange de questions avec l’utilisateur sur sa peau et ses routines beauté permet de peaufiner les résultats de l’appli. 

Le groupe français de cosmétiques, qui n’oublie pas que le marketing, à côté de l’innovation, fait aussi sa force dans le monde, a aussi placé l’intelligence artificielle au coeur de son «laboratoire de contenu». Son but : stimuler la créativité interne. Baptisé Creaitech, il permet à ses équipes de disposer d’une source d’inspiration inépuisable pour créer de nouvelles images beauté, expérimenter de nouveaux packagings ou imaginer de nouvelles vidéos.

L’Oréal veut même aller plus loin. Il annonce un partenariat avec Meta, la maison mère de Facebook, et des créateurs de contenu, pour développer son savoir-faire dans la réalité augmentée et l’intelligence artificielle. D’ores et déjà, L’Oréal Paris, Lancôme et La Roche-Posay se sont associées à une équipe d’une trentaine de créateurs avec, pour objectif, «libérer la créativité technologique»…

Observer à la loupe les imperfections de sa peau

Plus discrète, la société Pertect Corp, basée à Taiwan, a mis l’intelligence artificielle au coeur de ses applications. Aujourd’hui, elle travaille avec plus de 600 marques de beauté, dont Chanel ou Dior. Parmi ses dernières innovations, son analyseur de peau haute définition (HD Skin Analysis), disponible ce mois-ci, fournit des scans de l’épiderme avec une très grande précision. Un outil qui devrait permettre aux marques de faire des recommandations encore plus personnalisées.

L’hyper-personnalisation, c’est aussi l’objectif de Maison M, une jeune pousse qui vient de créer un rouge à lèvres sur-mesure, en s’appuyant également sur l’intelligence artificielle. L’utilisatrice se prend en photo et l’IA analyse ses caractéristiques physiques pour lui suggérer les nuances qui lui conviennent. Trois teintes, au final, peuvent être commandées, parmi 60 000 nuances.

«Aujourd’hui, on a envie de voir des produits personnalisés qui nous correspondent vraiment. Et surtout, plus écologiques, rechargeables, parce qu’on prend davantage soin des produits qui sont faits pour nous», souligne Marie Rocchisani, sa co-fondatrice, que le marché ultra concurrentiel du rouge à lèvres ne semble pas effrayer.

Des revenus additionnels pour l’esthéticienne


Les fondatrices de Beauté Inée ont décidé, quant à elles, de s’attaquer aux soins esthétiques. Une démarche audacieuse qui s’appuie, elle aussi, sur l’IA. Fondée fin 2022 par trois soeurs, Fatou, Khadi et Awa Kebe, la start-up vient de lancer une plateforme de réservations de conseils personnalisés en téléconsultations. Elle propose des services de diagnostic, de suivi et de recommandation.

Pas de personnage virtuel, ici. L’échange se fait en visio avec une esthéticienne et il peut se poursuivre dans un institut de beauté. «Il y a un vrai besoin d’avoir un contact physique avec une personne spécialisée», insiste Fatou Kebe, esthéticienne et ancienne spécialiste retail chez Sephora.

Pour une esthéticienne, c’est aussi un moyen de compléter son activité. «Les services additionnels, c’est clé, parce qu’on a des no-show en institut. On offre cette opportunité pour valoriser son métier et générer un peu de revenus supplémentaires», ajoute la jeune femme. Bref, l’humain, qui est le point de départ de l’IA, en reste aussi son point d’arrivée…

LIRE AUSSI : Les marques de cosmétiques à l’heure de l’Intelligence artificielle

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.