Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

L’analyseur de peau va-t-il remplacer l’expertise de l’esthéticienne ?

Analyseur de peau

L'intelligence artificielle, désormais partout, a investi le secteur de l’esthétique via les dispositifs de diagnostic de peau. Avec, à la clé, un principe simple : fournir une analyse rapide et précise. Une menace pour les esthéticiennes ? Pas sûr…

«À quoi bon un analyseur de peau ? Après vingt ans de pratique, j’ai juste besoin de ma lampe de Wood pour évaluer celle de ma cliente !», s’étonne Danièle B., dans son petit institut de Versailles. Pour cette spécialiste du soin visage, le progrès a encore… du progrès à faire.

Danièle a quelques raisons de se méfier. Des diagnostics de peau, les esthéticiennes en font tous les jours. C’est leur métier. Difficile, dans ces conditions, d’accepter qu’un appareil fasse le travail à leur place ! Sauf que, à y regarder de plus près, la technologie peut aussi leur ouvrir de nouveaux champs de compétences. Un médecin est-il plus mauvais quand il se sert d’un échographe pour améliorer son diagnostic ?

Mieux, un analyseur de peau ne fait pas qu’analyser : il permet aussi de booster les ventes, si l’on en croit ses thuriféraires. «C’est le meilleur moyen de vendre des prestations sans avoir besoin d’argumenter», fait valoir Julien Flotats, directeur de Corpoderm, qui commercialise avec succès le DP Skin, un dispositif qui analyse la peau en 15 critères, et le cuir chevelu et les cheveux en 4 critères.

L’évolution des marques grand public semble lui donner raison. Estée Lauder aurait vu son taux de conversion multiplié par 2,5, grâce à l’essayage virtuel pour les lèvres de Perfect Corp. MAC Cosmetics affirme avoir constaté une croissance de 200% de son engagement client durant le premier mois qui a suivi la mise en place de solutions digitales d’essai. Benefit Cosmetics aurait obtenu une croissance de 101% sur les durée de sessions sur son site Internet et 20% de mises en panier supplémentaires avec leur solution d’essai virtuel…

Ioma ouvre la voie vers la personnalisation

En fait, tout a commencé en 2010 avec la mise sur le marché par Jean-Michel Karam de la marque Ioma, véritable précurseur des cosmétiques personnalisés.  Quatre ans plus tard, il a réussi à placer un peu partout dans le monde 2 200 exemplaires de sa «Ioma sphère» : un appareil de diagnostic cutané qui prend des photos de face et de profil pour mesurer les différents paramètres de la peau.

Plusieurs marques BtoB ont flairé le filon, même les plus traditionnelles. En 2015, Ella Baché, qui prône depuis sa création, en 1936, l’analyse de la peau, finit par opter pour un appareil de diagnostic, le «Skintex Diag», qui établit une analyse complète visage et corps et détecte même les problèmes non visibles en 22 analyses. Un choix judicieux. La marque, qui appartient au groupe Thalgo, fait un carton et se propulse au rang de marque experte.

Si les appareils esthétiques traditionnels utilisent la lumière Led pour révéler les dysfonctionnements de la peau, comme l’hyperpigmentation et les rides, l’arrivée de l’intelligence artificielle a marqué un saut qualitatif. Non seulement les nouvelles machines peuvent détecter les problèmes cutanés, mais elles fournissent aussi des recommandations personnalisées en matière de soins cosmétiques.

Que mesure exactement un analyseur de peau ?

Selon le modèle, un analyseur de peau mesure tous les paramètres de la peau : les pores dilatés, la sécrétion de sébum, le grain de peau, les rougeurs, les taches solaires, le taux d’hydratation, la fermeté et l’élasticité de la peau, le vieillissement cutané, l’ovale du visage, les rides et ridules en formation.

«L’avantage d’une analyse de peau avant les séances permet de mesurer avec exactitude les progrès réalisés grâce au programme de soins», précise Stéphane Abouaf, à la tête d’Ella Baché. C’est un argument de poids pour la recommandation cosmétiques. Le confort du soin n’est plus le seul critère pour la cliente.

Les meilleurs appareils du marché

Nous avons retenu ici les appareils utilisés par les dermatologues et les médecins esthétiques.

Perfect Corp : le plus rapide

L’appareil détecte 14 problèmes cutanés et détermine l’âge réel de la peau (niveaux d’hydratation, taches, rides, cernes, texture, rougeurs, acné, poches, fermeté, paupières supérieures et inférieures tombantes, éclat et pores). Grâce à l’intelligence artificielle, le niveau d’analyse donne  accès instantané à des recommandations et des protocoles.

Rapidité d’analyse : 2 secondes.
Prix : en fonction des modèles.

Zemis VeraFace : pour analyser le métabolisme cellulaire

L’appareil détermine l’âge réel de  la peau et détecte 12 problèmes cutanés (pores dilatés, acné, rides, texture, production de sébum, pigmentation, hydratation, sensibilité, métabolisme cellulaire, dommages UV, vieillissement et amélioration  cutanée). Les clients devront porter des vêtements noirs et un chapeau avant de placer leur tête face à l’appareil.

Rapidité d’analyse : 15 secondes.
Prix : environ 5 500 euros.

Visia : pour créer un plan de soins personnalisé

L’appareil détecte 8 problèmes de peau (taches, rides, texture, pores, taches UV, taches brunes, zones rouges, porphyrines) et détermine l’âge de la peau. Il stimule les changements cutanés (vieillissement et injections).

Rapidité d’analyse : 30 minutes.
Prix : de 6 500 à 7 500 euros.

ADSS : le plus évolutif

L’appareil détecte 12 problèmes cutanés, dont les taches, le pigment de surface, le graphique thermodynamique, les points noirs, les points blancs, l’extraction des pores et la réduction des rides. À utiliser en évitant que les cheveux couvrent le visage.

Rapidité d’analyse : 15 minutes.
Prix : de 1 500 à 11 000 euros.

Alors, analyseur de peau ou expertise personnelle ? À toutes celles que la technologie et l’intelligence artificielle effraient, il suffit de rappeler que l’analyseur de peau est un instrument comme un autre au service de leur expertise. L’essentiel réside dans l’interprétation des résultats de la première consultation pour garantir l’efficacité des soins à effectuer.

LIRE AUSSI : Laser ou lumière pulsée : le dilemme des esthéticiennes

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.