Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Sofiane Djadri : « La reprise s’est accélérée, plus rapide que l’an dernier »

Sofiane Djadri, co-fondateur de Charme d'Orient

Les professionnels du bien-être sortent enfin de la crise. Après un troisième confinement difficile, Sofiane Djadri, co-fondateur de la marque Charme d’Orient et propriétaire du spa parisien éponyme, se remet en ordre de marche pour aborder une reprise plus forte que prévue.  

Sofiane Djadri, co-fondateur de Charme d'OrientProfession bien-être : Votre activité a-t-elle été durement impactée par les fermetures administratives ?

 Sofiane Djadri : C’est le moins que l’on puisse dire. Il faut avouer que nous cumulons les critères ! Nos clients sont principalement des hammams, des thalassos, des instituts  et des spas  hôteliers qui ont subi de longues fermetures et 70% de notre distribution est française. Quant à l’export, nous fournissons principalement des spas d’hôtel, qui ont dû eux-mêmes restreindre leurs activités de bien-être.

Restent nos ventes en ligne, qui ont triplé, mais qui ne représentent jamais que 3% de notre chiffre d’affaires général. Le digital reste encore très à la traîne dans notre secteur. Et, à l’inverse d’autres entreprises, nous sommes une marque professionnelle : nous n’avons donc pas vocation à vendre directement au public.

Quant à notre spa parisien, il a subi une longue fermeture, comme celle de nos clients. Sans les aides de l’Etat, notamment  le chômage partiel, les conséquences auraient été catastrophiques.

Les déconfinements vous ont-ils permis de rebondir ?

Même avec le premier déconfinement qui a fait redémarrer nos ventes l’été dernier jusqu’à la fermeture de novembre, nous n’avons pas pu rattraper les pertes subies. Et le troisième confinement du printemps 2021 a été clairement le confinement de trop !

Vous restez néanmoins confiant dans la reprise ?

Oui. Cette année, la reprise s’est accélérée, elle a même été plus rapide que l’an dernier. Et sur tous les plans ! Pour notre spa parisien, qui nous sert un peu de baromètre, tous les week-ends ont déjà été réservés jusqu’à fin août, du jamais vu ! Nous ne sommes pas les seuls. Nos établissements partenaires ont ressenti la même accélération.

Il semblerait que nous assistions à une prise de conscience du public en ce qui concerne le bien-être. D’autant que le hammam s’adresse indifféremment aux hommes et aux femmes, qu’il provoque des effets positifs sur le moral et le physique, et que son accès reste abordable. Nous aussi touchons un public plus large qui est de de plus en plus sensible au bien-être

L’été s’annonce donc sous les meilleurs auspices ?

Absolument. Les hôtels reprennent leurs soins de bien-être, les centres de thalassos ont rouvert leurs portes. Il y aura sans doute moins de touristes étrangers, mais les vacanciers français seront en rendez-vous, car, visiblement, se déplacer va encore rester compliqué. Et nous avons la chance de proposer des soins et des produits dépaysants, de quoi séduire tous ceux qui renoncent aux destinations de vacances habituelles, comme la Tunisie ou le Maroc.

Selon vous, cela préfigure la fin de la crise ?

Je l’espère de tout mon cœur, car la demande est là.Le besoin de prendre soin de soi n’a jamais, été aussi fort. Mais personne n’est à l’abri ! Un quatrième confinement à la rentrée, de nouvelles fermetures administratives seraient désastreux pour notre secteur.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg.

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.