Beauté

Bien-être

Business

L’Oréal porté par la Cosmétique active, le maquillage en berne

Cosmétique active

La crise s’éloigne pour le géant français des cosmétiques, dont les résultats au premier trimestre affichent un retour de la croissance dans toutes les divisions du groupe, à l’exception des produits grand public, plombés par le marché du maquillage. 

Le groupe a enregistré sur les trois premiers mois de 2021 une hausse de son chiffre d’affaires de 5,4% à 7,61 milliards d’euros. A données comparables, les ventes progressent même de plus de 10%, souligne-t-il jeudi dans un communiqué. Le e-commerce représente désormais, à lui seul, plus du quart (27%) des ventes totales.

Dans un environnement «qui s’améliore progressivement du fait des campagnes de vaccination», le numéro un mondial des cosmétiques s’est donc à nouveau dit «confiant» dans sa «capacité à surperformer le marché et à réaliser une année de croissance du chiffre d’affaires et des résultats», selon son PDG Jean-Paul Agon, cité dans le communiqué.

Par branches d’activité, presque toutes les divisions sont dans le vert. L’Oréal Luxe, dédiée aux produits de beauté haut de gamme (Lancôme ou Yves Saint Laurent), poursuit sur sa lancée, avec une hausse de 12,4%, à 2,77 milliards d’euros, gagnant «des parts de marché dans la quasi-totalité des zones géographiques», détaille le communiqué.

La division Produits professionnels, qui avait chuté lourdement à la même période l’an dernier en raison de la fermeture des salons de coiffure, est également en pleine progression, enregistrant un bond de presque 13% sur le premier trimestre. La division Cosmétique Active est encore mieux orientée (+21,8%), portée par les ventes en ligne.

Fermeture des salons de coiffure et des parfumeries

Un bémol : le chiffre d’affaires de la principale division de la société, les produits grand public, a reculé de 6,2% (mais est quasi stable à données comparables). «La prolongation des mesures de protection sanitaire continue à impacter le marché du maquillage et donc l’activité de la division, leader mondial sur cette catégorie», explique L’Oréal.

Sur le plan géographique, l’Asie-Pacifique, désormais premier marché du groupe, est le principal moteur de croissance, avec une bond d’environ 19%, à 2,78 milliards d’euros. «Dans un marché très dynamique, avec une forte reprise des points de vente», la Chine connaît même une croissance de près de 38% à données comparables, toutes les divisions gagnant des parts de marché», précise le communiqué.

Bien loin de ces performances, l’Europe de l’Ouest, deuxième marché du groupe, stagne au premier trimestre (-0,1% à 1,99 milliard d’euros) : l’activité a été à nouveau pénalisée par «les fermetures des parfumeries, des grands magasins et des salons de coiffure dans plusieurs pays et les restrictions visant à limiter les interactions sociales».

Enfin, l’Amérique du Nord recule pour sa part de -1,8%, à 1,81 milliard d’euros, mais connaît une amélioration au mois de mars, bénéficiant, selon L’Oréal, du plan de relance économique et du démarrage de la campagne de vaccination.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.