Beauté

Bien-être

Business

Cosmétiques : un collectif appelle à défendre l’interdiction des tests sur animaux

EXPÉRIMENTATION ANIMALE

L’Europe a fait figure d’exception dans une industrie où l’expérimentation animale était la règle. Pourtant, l’interdiction pourrait être levée pour certains ingrédients, craignent des ONG, qui viennent de lancer une initiative citoyenne européenne.

L’Union européenne a pris les devants dès 2004 en interdisant les tests des produits finis sur les animaux. Cinq ans plus tard, elle prohibe la mise sur le marché d’ingrédients ayant fait l’objet de tels essais. Enfin, en 2013, nouveau tour de vis : il n’est plus possible d’utiliser des résultats de tests pratiqués sur des animaux ailleurs qu’en Europe pour s’assurer de l’innocuité et commercialiser un produit cosmétique.

Une interdiction totale, ou presque… Car il existe des exceptions pour certaines substances, en cas de doute pour la sécurité des travailleurs (article 13 du règlement Reach). Et c’est justement là que la règlementation comporte des failles aux yeux des défenseurs de la cause animale : en août 2020, deux décisions de la Chambre de recours de l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) imposent ainsi au fabricant allemand de produits chimiques Symrise de réaliser plusieurs tests de toxicité sur les animaux pour vérifier l’innocuité de deux filtres UV chimiques.

Ces décisions inquiètent non seulement les associations, mais aussi une partie de l’industrie cosmétique, contrainte d’investir dans des méthodes alternatives depuis plusieurs années. L’Oréal, Avon, P&G, Unilever et Lush s’associent alors à l’ONG Humane Society International pour s’opposer, dans une lettre ouverte, à la décision de l’ECHA, accusant l’agence de porter atteinte à l’interdiction de l’UE sur les tests sur les animaux.

Des tests « qui pourraient être évités »

L’affaire n’en reste pas là : un an plus tard, l’ONG PETA et un collectif d’associations de protection animale (Cruelty Free Europe, Humane Society International Europe, Eurogroup for Animals…) auxquels se sont jointes des entreprises cosmétiques, dont Dove et The Body Shop, viennent de lancer une initiative citoyenne européenne (ICE), afin de «garantir et renforcer l’interdiction de l’expérimentation animale pour les cosmétiques».

«En contournant les interdictions, l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) et la Commission européenne trompent les consommateurs en leur faisant croire qu’ils achètent des produits sans cruauté, alors que des lapins, souris, rats et autres être sensibles continuent de subir des tests cruels, terrifiants qui pourraient être évités», affirme Peta France dans un communiqué. L’objectif est de récolter 1 million de signatures.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.