Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Christophe Doré (Unec) : « Quel que soit le gouvernement, il faut baisser nos charges »

La rentrée s’annonce compliquée pour les salons, avec une situation politique inédite. Christophe Doré, président de l'Union des entreprises de coiffure (Unec), a tenu à rappeler les grandes priorités du secteur qu’il compte défendre, «quel que soit le gouvernement».

Profession bien-être : Pensez-vous que les salons de coiffure sont aujourd’hui plus vulnérables que l’année dernière, où l’on a atteint un pic de défaillances d’entreprises?

Christophe Doré : Le pic de défaillances était lié à la sortie du Covid. Ce n’était pas étonnant, parce qu’en 2020 et 2021, il ne s’est pas passé grand chose. Je constate que l’année 2024 commence de nouveau avec un pic de défaillances. À un moment donné, je le répète, le marché de la coiffure doit se réguler par lui-même, parce qu’il y a aujourd’hui trop d’établissements.

Comment voyez-vous la rentrée pour les salons de coiffure ?

Je vois un point positif : la sortie de nos apprentis, qui deviendront nos futurs collaborateurs. J’espère que ces jeunes, qui vont sortir de l’école, vont pouvoir intégrer les salons de coiffure, parce qu’on est tous en recherche de personnel. 

Nous sommes en pleine campagne des législatives. Les coiffeurs doivent-ils s’inquiéter des surenchères salariales ?

Aujourd’hui, on est dans un contexte économique fragile. Et cela fait un moment que ça dure. Le métier de la coiffure est en souffrance. L’inflation a déjà augmenté assez fortement. Et, bien sûr, et c’est normal, il y a une indexation sur les salaires. Maintenant, plus on va augmenter les salaires, plus on va augmenter les prestations de service. Et donc, il y a certainement des dangers à vouloir accélérer les hausses de salaires. Je pense que ce n’est pas la bonne solution.

Un nouveau gouvernement sera nommé dans une dizaine de jours. Quelles sont les priorités des coiffeurs aujourd’hui ?

Il est important que le prochain gouvernement, quel qu’il soit, entende la problématique des charges liées à la main d’oeuvre. Et la coiffure, je le rappelle, reste un métier à forte proportion de main d’oeuvre ! Il faut donc baisser les charges, aider ceux qui travaillent, aider les chefs d’entreprise qui emploient. Et puis, bien sûr, on reste toujours sur notre revendication d’avoir un taux de TVA à 10%, même si certains la balayent d’un revers de main.

Pensez-vous être entendus, alors que la dette publique est en train de battre des records ?

Plus de 3 000 milliards, en effet. Néanmoins, je pense qu’il va falloir qu’on redonne du souffle à l’économie de proximité, parce que, si on a des défaillances, de l’emploi détruit, on est également assis sur un système social auquel la France est attachée. Donnons des moyens aux entrepreneurs de pouvoir employer du personnel et de mieux rémunérer leurs collaborateurs ! Car aujourd’hui, quand vous donnez 100 euros de prime à un collaborateur, ça vous coute le double. C’est intenable.

Revenir à la retraite à 60 ans, comme le proposent le Rassemblement national et le Nouveau Front populaire, c’est une bonne chose pour les coiffeurs ?

J’ai toujours été claire sur cette question. Je défends surtout les longues carrières. Je pense que les gens qui ont commencé très tôt, à 16 ans, méritent de profiter d’une nouvelle vie qui est celle de la retraite. Je ne suis donc pas choqué quand on en parle. Maintenant, on voit bien qu’il y a quelques allers-retours dans les discours et que les choses ne seront pas simples.

On n’abroge pas comme ça une loi, comme celle sur la retraite, d’un revers de main. Néanmoins, la coiffure reste un métier de main d’oeuvre, un métier physique, et je pense que, quand on a fait toute sa carrière à partir de 16 ans, on a le droit d’avoir une retraite à un âge raisonnable.

Propos recueillis par Georges Margossian.

LIRE AUSSI : Législatives : « Il est très peu question des petites entreprises »

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.