Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Santé des femmes : le marché de la tech s’adapte aux nouveaux enjeux

Santé de la femme

De nouveaux acteurs, notamment dans la tech, tentent de répondre aux besoins de santé spécifiques des femmes, montre une étude que vient de publier Les Echos Etudes, en partenariat avec Gers Data. Un marché mondial de 55 milliards d’euros.

Cette étude lève le voile, côté économique, sur un domaine longtemps resté ignoré par un monde médical largement contrôlé par les hommes, comme le montre le documentaire réalisé par Ursula Duplantier, disponible à la demande sur Arte.tv jusqu’à la fin de l’année. 

Que ce soit dans la recherche, l’enseignement universitaire ou la pratique quotidienne, il existe encore une méconnaissance des différences physiologiques liées au sexe ainsi qu’à des facteurs génétiques, hormonaux ou métaboliques, qui sont insuffisamment intégrées, relève la documentariste.

Avec des conséquences, souvent fâcheuses, pour les femmes qui en sont victimes. Exemples : des diagnostics erronés ou retardés, notamment sur l’endométriose, ou des traitements inadaptés au corps féminin, alors que la recherche scientifique peine encore à rattraper son retard sur ces problèmes, car la proportion de femmes participant à des essais cliniques reste encore marginale.

De vastes champs d’action

santé de la femmeDepuis peu, les différences biologiques entre les sexes sont toutefois mieux prises en compte par les acteurs de la tech et du bien-être. Mieux : le marché dit de la «femtech» est en train d’exploser, selon Les Echos Études. Endométriose, cancers, gestion du cycle, ménopause, ostéoporose, pathologies cardio-vasculaires… Les champs d’action sont nombreux !

D’où l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce marché encore naissant : les laboratoires pharmaceutiques, les spécialistes des compléments alimentaires, des entreprises de la MedTech, des start-up, etc. Avec des solutions souvent innovantes, allant de simples applis de suivi aux thérapies digitales, en passant par des vêtements intelligents.

On y trouve aussi, à côté des compléments alimentaires et de la phytothérapie, les produits d’hygiène intime, des culottes menstruelles ou encore des tenues d’allaitement… Au total, le marché mondial devrait peser 55 milliards d’euros en 2024, avec une croissance annuelle de 9%, en moyenne, d’ici à 2032, poursuit l’étude. 

En France, le chiffre d’affaires atteignait 339 millions d’euros l’année dernière, rien que pour le circuit des officines, en croissance de 5% par an. «Hors prescription, les soins (produits pour le confort vaginal, les infections génitales…), l’hygiène intime et les produits pour femmes enceintes sont les catégories qui contribuent le plus fortement à la dynamique du marché en valeur sur la période», note l’étude.

Technologie mais aussi naturalité

santé de la femmeLes produits de soins représentent 30% du marché de la santé de la femme, toujours en pharmacie, tiré par les soins dédiés au confort vaginal, en hausse de 30% entre 2022 et 2023. Deuxième segment : la dermatologie/dermocosmétique, qui regroupe les produits d’hygiène intime (soins lavants), avec une part de marché de près de 27%. Enfin, la grossesse arrive au troisième rang avec 17% de parts de marché.

Plusieurs facteurs justifient l’optimisme des auteurs. D’abord, les besoins sont importants : «le retard de prise en charge après plusieurs décennies d’ignorance demande à être comblé», soulignent-ils. L’arrivée d’une nouvelle génération de femmes, plus offensives, est aussi un point positif.

Enfin, la technologie n’est pas forcément le seul domaine à être plébiscité. Les produits naturels ont aussi le vent en poupe. Selon Les Echos Études, «les femmes recherchent d’autres solutions pour prendre soin de leur santé, dont les produits de naturalité. En témoigne le recul de la pilule contraceptive, qui a perdu son capital confiance, ce qui pousse les femmes à se tourner vers d’autres modes de contraception naturels». Une solution, également, pour les personnes traversant la ménopause et qui ne veulent pas prendre de traitement hormonal.

Étude « Santé de la femme et FemTech : un marché d’avenir », Les Échos Études, juin 2024.

LIRE AUSSI : L’ONU veut sensibiliser les entreprises à la santé sexuelle des femmes

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.