Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

La santé au travail des femmes se dégrade, selon Malakoff Humanis

Santé des femmes au travail

Selon le dernier baromètre «Santé des salariés» de Malakoff Humanis, 44% des femmes salariées se disent en moins bonne santé psychologique, contre 32% des hommes. Une situation qui s’est dégradée par rapport à 2022.

Si 65% des salariés français (62% des femmes et 68% des hommes) se déclarent en bonne santé, cette proportion tend à baisser depuis 2011 (71%). Et ce recul est un peu plus marqué chez les femmes, relève le baromètre publié le 21 septembre par Malakoff Humanis.

En effet, 70% d’entre elles se déclaraient en bonne santé en 2011, 67% en 2018, puis 65% en 2022, alors que, chez les hommes,  ce taux se maintenait autour des 70% (72% en 2011, 70% en 2018 et 69% en 2022).

Aujourd’hui, plus de quatre femmes salariées sur dix (44%) estiment avoir une moins bonne santé psychologique en 2023, une proportion en hausse de 4 points depuis l’an dernier. Elles sont 55% à évoquer des troubles psychologiques, contre 45% des hommes.

Dépression, stress ou burn-out

Bien que bénéficiant d’un meilleur suivi médical, les femmes salariées sont plus nombreuses que les hommes à se dire en mauvaise santé physique (41% vs 34%). Dans le secteur santé et médico-social, majoritairement féminin, la pénibilité accrue se traduit par un absentéisme en augmentation de 10 points en un an.

Les inquiétudes des femmes salariées augmentent également : 42% d’entre elles se disent préoccupées par la situation financière de leur foyer (+7 pts depuis 2022) et 41% s’inquiètent pour l’avenir de leurs enfants (+9 pts). L’état du monde est aussi un facteur de stress pour 82% des femmes, ainsi que l’environnement (80%).

Sur un an, 55% des femmes ont éprouvé des troubles psychologiques : 30% ont connu une dépression, 37% des troubles anxieux, 21% des troubles liés au traumatisme et au stress et 25% un burn-out.

Temps partiel et monoparentalité

Quant aux raisons à l’origine de ce mauvais état de santé psychologique, un tiers des salariés concernés (femmes et hommes) l’attribue à des causes professionnelles, un tiers l’explique par des raisons personnelles, tandis qu’un autre tiers y voit un peu des deux.

Enfin, s’agissant des raisons personnelles, les femmes se démarquent encore très nettement sur l’aspect financier : 39% (vs 26% des hommes) lient leur mauvaise santé mentale à leur situation financière. Une situation que peuvent expliquer le travail à temps partiel, qui concerne 17% des femmes (vs 7% des hommes), et la situation de monoparentalité, avance le baromètre.

LIRE AUSSI : Vague de dépressions post-Covid chez les jeunes Français

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.