Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

La restriction calorique, le meilleur moyen de bien vieillir ?

Restriction calorique

La restriction calorique permettrait de développer la force musculaire et de stimuler les gènes propices à un vieillissement en bonne santé, selon une étude américaine menée par les National Institutes of Health (NIH).

Depuis le Dr McCay (1935), précurseur de la théorie de la restriction calorique, on sait que diminuer les calories, sans priver l’organisme de vitamines et de minéraux essentiels, retarde la progression des maladies liées à l’âge chez les modèles animaux. Cette nouvelle étude, publiée dans Aging Cell, suggère que les mêmes mécanismes biologiques pourraient aussi s’appliquer aux humains.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs des National Institutes of Health, principaux organismes de recherche médicale américains, ont analysé les données des participants de la cohorte CALERIE pour évaluer les effets à long terme d’une réduction de leur apport énergétique.

Au final, ils ont constaté que, sur une période de deux ans, si l’objectif des participants était de réduire leur apport calorique quotidien de 25%, le maximum que le groupe pouvait atteindre était une réduction de 12%. Pour autant, cette légère réduction des calories a suffi à activer la plupart des voies biologiques importantes pour un vieillissement en bonne santé.

Restriction calorique et inflammation

L’équipe de recherche a aussi observé que, malgré une perte de masse musculaire, les participants n’ont pas perdu de force musculaire, ce qui indique, selon les scientifiques, que la restriction calorique a amélioré la quantité de force générée par chaque unité de masse musculaire.

Autre constat : la restriction calorique affecte les mêmes voies génétiques chez l’Homme, la souris et les primates non humains. Ainsi, un apport calorique plus faible régule positivement les gènes responsables de la production d’énergie et du métabolisme, et négativement les gènes inflammatoires, entraînant ainsi une diminution de l’inflammation.

«Étant donné que l’inflammation et le vieillissement sont étroitement liés, la restriction calorique représente une approche puissante pour prévenir l’état pro-inflammatoire développé par de nombreuses personnes âgées», a déclaré l’auteur correspondant de l’étude, Luigi Ferrucci, également directeur scientifique de l’Institut national du vieillissement (NIA).

LIRE AUSSI : Le rôle des antioxydants dans la prévention du vieillissement

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.