Ostéopathie : le ministère de la Santé revient sur sa décision

Chignon tresse et passementerie

Deux mois après avoir refusé de renouveler l’agrément de neuf écoles d’ostéopathie, le ministère de la Santé a décidé de les rouvrir provisoirement, pour permettre «une rentrée dans de bonnes conditions».

Alors que, tous les cinq ans, les écoles d’ostéopathie sont soumises à un contrôle du ministère de la Santé, 9 établissements n’ont pas pu obtenir le renouvellement de leur agrément en juillet dernier, sur les 31 évalués, ce qui représente une diminution du nombre d’ostéopathes en formation de plus de 20%. Des décisions lourdes de conséquences pour ces écoles non retenues, qui se sont brusquement retrouvées dans l’impossibilité d’accueillir leurs élèves à partir du 1er septembre.

Pour éviter de laisser des élèves sur le carreau, les 22 établissements qui avaient obtenu leur agrément ont alors été autorisées à augmenter leur capacité d’accueil. Pour autant, le problème ne semble toujours pas réglé. «Malgré une mobilisation de l’ensemble des acteurs pour augmenter le nombre d’ostéopathes des écoles agréées et un accompagnement des étudiants ne pouvant poursuivre leur formation dans les écoles n’étant plus agréées, les conditions n’apparaissent pas aujourd’hui réunies pour réussir la rentrée dans de bonnes conditions», indique le ministère dans un communiqué.

Une mission de l’IGAS

Face à l’urgence, le ministère est donc revenu sur ses décisions, en délivrant un agrément provisoire pour les 9 écoles concernées. «Les écoles qui disposeront d’un agrément provisoire seront tenues de mettre en place les actions correctrices et de converger vers les meilleures pratiques dans les meilleurs délais», précise-t-il.

Pour s’en assurer, une mission de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) sera lancée «dans les plus brefs délais», ajoute le communiqué. Son objectif sera d’«étudier le cadre règlementaire de ces écoles, les conditions de délivrance des agréments, l’exercice professionnel ainsi que la cible démographique de ces professionnels».

Découvrez nos partenaires

Dans la même catégorie d' Articles

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter de profession bien-être.