Beauté

Bien-être

Business

Thalasso et fitness : la phase 2 des réouvertures démarre ce mercredi

make-up glam

Après plus de sept mois d’arrêt, salles de sport, clubs de fitness et thalassos vont pouvoir rouvrir leurs portes le mercredi 9 juin, alors que la situation sanitaire s’améliore progressivement depuis début mai.

«À l’évidence ce déconfinement progressif se passe bien», déclarait dimanche Olivier Véran sur BFM. «Nous avons une baisse de 20 à 25% de la circulation du virus chaque semaine» et un «taux d’hospitalisation quotidien à un niveau comparable à septembre», avant la deuxième vague de l’épidémie, précisait-il.

Pour le ministre de la Santé, le déconfinement progressif, amorcé le 19 mai avec le retour des collégiens à l’école, la réouverture des bars et restaurants, des cinés, théâtres et musées, n’a donc pas cassé cette «dynamique vertueuse». Ce mercredi 9 juin, la France va pouvoir passer à l’étape suivante : la réouverture des salles de sport, des thalassos, des casinos, des parcs de loisirs…

«Il a fallu dépoussiérer chaque machine», explique Jordan Bouvier, entraîneur diplômé rencontré par l’AFP à Strasbourg dans une salle du réseau Keep Cool. Avant la réouverture, les gérants de salles mettent consciencieusement en place les mesures prévues par le protocole sanitaire : marquage au sol imposant un sens de circulation, une partie des machines et des casiers condamnés pour respecter la jauge d’accueil fixée à 50% des capacités, flacons de désinfectants…

«On est prêt, on a hâte d’accueillir les adhérents», se réjouit Hakim Chelfaoui, l’un des gérants, animateur d’un réseau de 18 salles de sport dans le Grand Est pour l’enseigne Keep Cool. Une page se referme. «Des abonnements ont été résiliés, en moyenne, on a perdu 30% de nos adhérents», précise le responsable.

Il faut désormais d’éviter que les salles de sport ne se transforment en clusters à l’occasion de leur réouverture. Comme dans les restaurants, les enseignes de fitness incitent donc les usagers à télécharger l’application TousAntiCovid et à flasher un QR code à chaque séance, afin de les avertir si un client est testé positif au Covid-19. «C’est un bon moyen qui doit nous permettre de rester ouverts. Le vrai combat, c’est que ce virus soit derrière nous», souligne Hakim Chelfaoui.

« Les abonnés seront là »

Car la reprise devrait être au rendez-vous. Même si beaucoup de Français se sont rués sur les appareils à domicile, les bancs de musculation, les rameurs et les tapis de course, les responsables de clubs n’en doutent pas. «Il ne faut pas se mentir, lorsque l’on est chez soi, il est plus difficile de se faire violence. C’est pour cela que je ne suis pas inquiète, les abonnés seront là pour la réouverture et nous serons là pour les accueillir», assure Sonia Talhi, directrice générale du groupe mulhousien Gymnase Fitness Club (GFC), citée par L’Alsace.

Le moment était trop espéré pour que les professionnels boudent leur plaisir. Pour marquer le coup, le PDG de Fitness Park, Philippe Hervette, va animer, dans la matinée, un cours de fitness privé pour une vingtaine de députés. «Cet événement a pour objectif de démontrer que tous – politiques, influenceurs et sportifs professionnels – s’unissent pour promouvoir les nombreux atouts du sport sur la santé et célébrer cette réouverture tant attendue !», selon un communiqué de l’enseigne.

Les centres de thalassothérapie manifestent la même impatience. «Depuis le Pentecôte, nous proposions de nouveau des soins secs, comme les massages. Mercredi, on pourra enfin rouvrir la quasi-totalité du centre, mais avec une jauge de 35 % d’occupation», se réjouit Françoise Luc, la directrice de la thalasso de Douarnenez, dans Ouest-France.

« Retour des très longs séjours »

Les établissements du pays vont donc reprendre les «soins à base d’eau de mer, qui font leur ADN», explique à l’AFP Claire Bartholus, la directrice du Thalassa Sea and Spa du Touquet (Pas-de-Calais), dont la piscine et les différents bassins rouvriront ce 9 juin, avec la jauge imposée par l’Etat, 35% de leur capacité d’accueil, jusqu’au 30 juin.

«Les clients devront garder leurs masques pour les soins, tout comme nos équipes, et nous allons rouvrir les cabines sur créneaux, pour respecter cette jauge», poursuit la responsable de cet établissement qui peut accueillir, avec ses 64 cabines de soins, jusqu’à 300 curistes par jour. Depuis le 19 mai, seuls les soins esthétiques, sans eau de mer, ont pu reprendre et la restauration, jusque-là cantonnée aux repas servis en chambre, a pu à nouveau être servie en salle aux clients des hôtels, avec une jauge à 50%.

À partir de mercredi, les deux services du soir organisés très tôt, à 18h30 et 19h30, pour respecter le couvre-feu à 21h, seront espacés, le couvre-feu passant à 23 h, ce qui permettra aux clients de «retrouver le plaisir de venir à l’hôtel», espère la directrice. En 2020, les 52 centres français ont perdu, en moyenne, 42% de leur chiffre d’affaires, selon France Thalasso.

Les professionnels tablent désormais sur une reprise dès cet été. «On observe un retour des très longs séjours, de deux à trois semaines, quand, avant la pandémie, les gens réservaient au maximum pour une semaine», indique à Ouest-France Benoit Gaillard. Le directeur des hôtels chez Valdys Groupe attend avec impatience le 30 juin, date à partir de laquelle il pourra accueillir les clients à 100% des capacités de ses établissements.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.