Beauté

Bien-être

Business

La pollution de l’air intérieur, nouvelle préoccupation des entreprises

LES FRANCAIS DE PLUS EN PLUS SENSIBLES À L'AIR AMBIANT

Alors que le marché des purificateurs d’air cherche ses marques en France, la prise de conscience s’accélère dans les lieux de travail, favorisée par la pandémie de Covid-19.  

Si les ventes européennes de purificateurs d’air devraient quadrupler au cours des dix prochaines années, le marché français, compris entre 80 et 100 millions d’euros en 2020, pourrait, quant à lui, augmenter jusqu’à 500 millions d’euros d’ici 2030, selon la Fédération interprofessionnelle des métiers de l’environnement atmosphérique (FIMEA).

«Jusqu’à maintenant, on n’imaginait pas à quel point la qualité de l’air intérieur pouvait avoir un impact sur notre santé», reconnaît le fondateur de NatéoSanté, un fabricant de purificateurs d’air, cité par l’Agence France-Presse, qui note que le Covid a joué «le rôle de révélateur d’une problématique pourtant documentée de longue date».

Une prise de conscience d’autant plus urgente que les principaux polluants de l’air intérieur sont «extrêmement variés», souligne Jean-Michel Sterdyniak, médecin du travail en Seine-Saint-Denis, également interrogé par l’AFP. «Ceux qui posent le plus de problèmes, ce sont les COV (composés organiques volatils, des polluants de type gazeux). Quand vous allumez une bougie chez vous, ça sent bon mais ça dégage des composés organiques qui peuvent être toxiques», met-il en garde.

Ouvrir les fenêtres, le premier réflexe

Et l’accumulation de tous les COV dans les locaux est souvent sous-estimée. Selon le médecin, il faut être vigilant, car «on ne sait pas quelles peuvent être les conséquences à long terme». Avec les produits ménagers, les produits d’entretien, la poussière, les acariens, voire les contaminations microbiennes, les sources de pollution sont donc nombreuses. «Certains produits, comme les solvants contenus dans les peintures, sont considérés comme cancérigènes», ajoute-t-il.

Mais la meilleure solution reste finalement la plus simple : ouvrir la fenêtre… «Parfois il n’y a pas d’autre choix, comme dans les locaux sans ventilation mécanique», explique-t-il. Les purificateurs d’air ? Ils «peuvent diminuer la concentration de virus susceptibles d’être présents dans l’air», indiquait l’Institut national de recherche et de sécurité, en novembre 2020. L’INRS y mettait aussi un bémol : ces appareils «ne doivent (…) être utilisés que comme compléments aux systèmes de ventilation».

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.