Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Europe : les petites entreprises jugent la réglementation « inadaptée »

réglementation petites entreprises

Le 9 juin, les électeurs français voteront pour leurs représentants au Parlement européen. Un scrutin aux multiples enjeux pour les très petites entreprises, tiraillées entre leur désir de rester dans l'UE et les contraintes réglementaires, selon le baromètre Fiducial des TPE.

Les élections européennes ne concernent pas uniquement les citoyens. Ce rendez-vous électoral représente aussi plusieurs défis pour les entreprises, notamment les plus petites d’entre elles. Premier enseignement : ces dernières estiment qu’il est toujours dans l’intérêt de la France de rester dans l’UE, à une confortable majorité (66%), pour la paix (65%), les relations avec les autres Etats-membres (65%) et l’innovation (63%), relève le dernier baromètre de conjoncture Fiducial des TPE, menée par l’Ifop auprès de 1 014 dirigeants d’entreprises de 0 à 19 salariés (micro-entreprises inclues), du 26 mars au 15 avril.

Les résultats de cette étude s’avèrent toutefois contrastés. Le pourcentage de dirigeants de TPE souhaitant la sortie de la France de l’UE est en progression de 9 points depuis 2013, passant de 15% à 24%. Parmi les points positifs mis en avant par les sondés, une monnaie commune (75%) et des «échanges économiques facilités» (54%), mais ces indicateurs sont «largement en baisse» par rapport à avril 2005, année qui a vu le «non» au projet de Constitution européenne l’emporter en France.

«Les entrepreneurs ne relient plus l’Europe à des débouchés commerciaux (60% plutôt non, contre 60% plutôt oui en avril 2005)», note Fiducial dans un communiqué. Et quand ils la comparent avec d’autres régions du monde (Etats-Unis, Chine, Japon…), ils considèrent, à 62%, qu’elle «ne protège pas aussi efficacement son marché intérieur» de la mondialisation.

Un « impact négatif de la fiscalité »

Mais surtout, 54% des patrons de très petites entreprises estiment que l’Europe fonctionne mal. Près de six sur dix (57%) jugent les réglementations «contraignantes», tandis qu’environ la moitié d’entre eux (48%) met en avant «l’impact négatif de la fiscalité».

Pour autant, à la veille des élections européennes, les dirigeants de petites entreprises se disent optimistes quant à leur activité. «Ce dernier indicateur se fixe au-dessus de la moyenne des scores enregistrés depuis plus de 20 ans (51%)», note Fiducial.

Un optimisme qui tranche avec leur intention d’embaucher : seulement 10% d’entre eux ont recruté du personnel ou prévoient de le faire, à l’exception de l’hôtellerie (19%) : -3 points par rapport à la fin de l’année et -5 points depuis mars 2023. Enfin, autre enseignement : si leurs difficultés financières persistent (33% des dirigeants interrogés), «un chiffre stable depuis janvier», le baromètre observe une «décrue du risque de dépôt de bilan». 

LIRE AUSSI : Petites entreprises indépendantes : la beauté fait de la résistance

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.