Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Épilation définitive : après la lumière pulsée, nouvelle affaire autour du laser

Epilation définitive

L’épilation définitive au laser, aujourd’hui chasse-gardée des médecins esthétiques, au coeur d’une nouvelle affaire judiciaire : les deux soeurs à la tête du «French Touch Montaigne», à Paris, se retrouvent devant le tribunal.

Elles ne sont ni médecins, ni esthéticiennes, mais, en l’espace de quatre ans, elles ont su se faire un nom dans l’esthétique sur la place de Paris avec leur institut. Tout a commencé en 2019, quand Lily Gruber et sa soeur Sophie décident de s’associer avec le Dr Michel B., qui leur sous-loue des locaux avenue Montaigne, raconte Le Parisien.

Le lieu, organisé comme un appartement, reste discret, mais une plaque, apposée en bas sur la porte d’entrée, annonce la couleur : «centre médico-esthétique». «C’est un institut de malades où j’aime beaucoup venir prendre soin de moi», s’enthousiasme alors l’influenceuse Nabilla, dans une vidéo qui fera le buzz sur les réseaux sociaux.

Veronika Loubry, Thylane Blondeau, Jessica Aid Verrati ou encore Clara Berry viendront renforcer la réputation de cet institut haut de gamme auprès de leurs communautés. Très vite, tout ce que le Tout Paris compte de it-girls, d’influenceuses et de stars de football s’y précipiteront. «Le soin coûte environ 200 euros. Le centre, ouvert six jours sur sept, génère près de 80 000 euros de revenus par semaine», poursuit Le Parisien. 

Les raisons de leur succès, le magazine Vogue nous les révèle en 2022 : «des machines high-tech couplées à des protocoles optimisés», «des résultats étonnants, sans effort, sans douleur, sans suites» et «une offre ultra-personnalisée doublée d’une approche complice»…

Ajoutons à cela des machines alors peu connues dans l’Hexagone, comme le laser Soprano, l’Accent Prime ou encore le SkinClear d’Alma Laser. «La technologie que nous utilisions à l’étranger, nous l’avons importée et développée en France, il était donc essentiel de mettre le focus sur ces innovations», expliquaient les deux soeurs dans une interview à Forbes l’an dernier.

Epilation définitive
Le luxueux centre French Touch du 49 avenue Montaigne est aujourd’hui fermé.

Un décret en préparation sur les lasers

Mais la justice a fini par braquer un projecteur sur leurs activités à la suite d’un désaccord avec le docteur Michel B. Le 18 octobre, elles sont convoquées devant le tribunal judiciaire de Paris pour, entre autres, exercice illégal de la médecine. Comme pour la lumière pulsée, il y a quelques années, la question de l’utilisation d’un laser pour épiler par des non médecins fait l’objet d’une nouvelle bataille juridique.

Pour l’avocat des deux soeurs, Me Robin Binsard, «le monopole des médecins sur l’épilation laser n’a plus de fondement légal». Ce qui n’est pas l’avis du Syndicat national des médecins esthétiques, qui, selon Le Parisien, a informé par écrit le ministère de la Santé sur les risques d’une évolution de la législation en faveur des non médecins.

Contactée par nos consoeurs, la Direction générale de la santé a confirmé, en effet, qu’un texte était déjà dans les tuyaux : «Un décret est actuellement en Conseil d’Etat qui permettra l’ouverture de la pratique de l’épilation à la lumière intense pulsée et au laser aux infirmières diplômées d’État et aux esthéticiennes», à condition qu’elles soient formées, souligne Le Parisien.

LIRE AUSSI : José Flotats : « Le laser est enfin à la portée des esthéticiennes »

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.