Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Protection solaire : les bonnes pratiques peinent à s’imposer

protection solaire

Vieillissement prématuré de la peau, cancer… Si l’exposition au soleil n'est pas sans risque pour la santé, les réflexes de prévention sont encore loin d’être acquis, selon une étude internationale dévoilée par les laboratoires Pierre Fabre.

Chaque année les professionnels de santé et les autorités sanitaires s’efforcent de sensibiliser la population aux dommages irréversibles que peuvent causer les rayons ultraviolets. Las ! Si les consignes sont bien comprises (95% des personnes interrogées), seulement 1 personne sur 5 les applique vraiment, si l’on en croit les résultats de l’étude Sun Assessment Family Expérience (SAFE) de Pierre Fabre, réalisée dans vingt pays auprès de 50 000 répondants.

En clair, les campagnes de sensibilisation «ne produisent pas les effets escomptés», en conclut le groupe de dermo-cosmétique, alors que, selon Santé publique France, plus de 80% des cancers de la peau sont causés par une exposition excessive au soleil.

Des statistiques alarmantes qui soulignent l’importance de prendre des mesures simples pour se protéger des rayons ultraviolets. Rien qu’en France, près de 100 000 nouveaux cas de cancers de la peau sont diagnostiqués chaque année, un chiffre qui a plus que triplé en près de quarante ans, d’après l’Institut national du cancer (INCa).

Les jeunes s’exposent davantage entre 10h et 16h

Si la crème solaire ne protège pas du soleil lui-même, c’est une protection complémentaire. Et, lors d’une exposition, son application doit être renouvelée régulièrement. Or, 3 personnes sur 4 ne le font pas. Les raisons invoquées : «l’oubli, le côté fastidieux de l’application ou le coût des produits solaires», souligne Pierre Fabre. Et plus on avance en âge, moins on renouvelle l’application de l’écran solaire toutes les deux heures, ajoute l’étude.

Autre sujet de préoccupation : «la moitié des jeunes interrogés (54%) s’exposent au soleil pendant les heures les plus dangereuses, de 10h à 16h», observe le Dr Marketa Saint Aroman, directrice médicale et patient centricity Pierre Fabre, citée dans un communiqué.

Et quand on les interroge sur leurs motivations pour se protéger, les réponses sont édifiantes : seuls 21% considèrent la prévention du cancer de la peau comme une priorité, plus de la moitié d’entre eux (53%) cherchant surtout à éviter les coups de soleil et le vieillissement cutané.

LIRE AUSSI : Quatre Français sur dix estiment qu’ils n’ont pas besoin de crème solaire

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.