Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Les commerces de cosmétiques ont souffert de l’inflation (étude)

COSMÉTIQUES

En 2023, la plupart des commerçants de cosmétiques (86%) ont vu leur activité souffrir de l’inflation et restent, cette année, prudents sur leurs recrutements, selon une étude menée par l’Observatoire Ankorstore.

Le contexte économique reste compliqué pour les commerces de cosmétiques : 86% de ces entreprises ont souffert de l’inflation l’an dernier, indique l’Observatoire Ankorstore dans sa dernière étude, menée en partenariat avec le Conseil du commerce de France auprès de 1 020 commerçants indépendants. Un chiffre en hausse de 17 points par rapport à 2022.

La dynamique de retour à la croissance entamée deux ans plus tôt est rompue : 59% des gérants du secteur estiment que la situation de leur commerce est désormais «tendue». Plus de la moitié des dirigeants interrogés ont constaté que les commerces de proximité de leur ville étaient de plus en plus nombreux à fermer en 2023.

Conséquence : près des deux tiers des commerces de cosmétiques (66%) ont augmenté leurs prix l’an dernier «pour faire face à ces difficultés», selon l’Observatoire Ankorstore. Et plus de la moitié (56%) «ont ou envisagent» de le refaire en 2024, contre 41% pour les commerçants tous secteurs confondus.

Des recrutements en recul pour 2024

D’autres mesures ont aussi été prises, comme la réduction des stocks (31%). Les commerces de cosmétiques prévoient aussi de diversifier leur activité via de nouveaux services et offres (24%), pour attirer plus de clients, ce qui représente une progression de 12 points par rapport à l’édition 2023 de l’Observatoire.

L’approvisionnement n’est pas oublié, mais il mobilise moins de commerçants qu’ailleurs : ils sont 47% à avoir fait évoluer leur réseau de fournisseurs, contre 66% pour tous secteurs confondus. Enfin, ils agissent aussi sur le plan digital, en renforçant leur présence (24%) et en restant actifs sur les réseaux sociaux (80%).

Pour autant, les commerçants du secteur des cosmétiques restent prudents pour 2024. S’ils étaient 22% à avoir recruté en 2023, ils ne sont plus que 7% à prévoir des recrutements pour cette année. Pour les aider, ils attendent une action de la part des pouvoirs publics (84%), notamment une réduction des charges (43%). 

LIRE AUSSI : Cessions de fonds de commerce : la coiffure et l’esthétique marquent le pas

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.