Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

L’activité physique désormais considérée comme un «traitement à part entière»

ACTIVITÉ PHYSIQUE

La Haute autorité de santé (HAS) souhaite faciliter la prescription d’une activité physique au quotidien, en complément des médicaments, et lever un certain nombre de freins, notamment chez les médecins.

L’activité physique «doit définitivement être considérée comme un traitement à part entière et être prescrite à ce titre», indique la Haute autorité de santé dans un communiqué, rappelant qu’elle «limite le risque de récidive de certains cancers du sein, diminue par deux le risque de passage d’un état pré-diabétique à un diabète…»,

Mais la Haute autorité estime que de nombreux freins persistent malgré l’adoption d’une loi, le 2 mars dernier, visant à démocratiser le sport. Ce texte a permis, notamment, d’ouvrir la prescription d’Activité Physique Adaptée (APA) à l’ensemble des médecins, tout en élargissant le champ d’application.

«Beaucoup de patients éprouvent une certaine appréhension à pratiquer une activité physique, alors qu’ils sont malades ou âgés, tandis que les médecins sont encore peu nombreux à la prescrire», constate-t-elle. Pourtant, «le rôle du médecin est essentiel pour sensibiliser les personnes les plus éloignées de l’activité physique», ajoute la HAS, c’est-à-dire les personnes atteintes d’une affection de longue durée, d’une maladie chronique ou en situation de handicap.

Lutter contre l’inactivité physique

Pour les aider dans leur mission, la Haute autorité propose aux professionnels de santé une palette d’outils, dont «un nouveau guide de consultation et de prescription médicale d’activité physique chez l’adulte», un «guide des connaissances sur l’activité physique et la sédentarité», des fiches et des référentiels d’aide à la prescription.

«En mettant à disposition des médecins, des masseurs-kinésithérapeutes et des enseignants d’activité physique adaptée l’ensemble de ces outils complets, argumentés, sourcés, la HAS poursuit sa contribution à la lutte contre l’inactivité physique et la sédentarité, priorité de santé publique», commente le Pr Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la HAS, dans le communiqué.

LIRE : Consultation et prescription médicale d’activité physique à des fins de santé chez l’adulte

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.