Beauté

Bien-être

Business

Curiosité, hédonisme et prévention ont tiré le marché du bien-être en 2021

les clients spa prêts à dépenser plus?

Le public est-il prêt à dépenser plus pour son bien-être ? L’étude menée cet été aux Etats-Unis par la plateforme de réservation Mindbody conclut dans ce sens. Au programme : soins de beauté, diversification et prévention santé.

A l’heure où se profile 2022, il est temps d’étudier le comportement des consommateurs. Selon l’enquête Mindbody, intitulée «Summer 2021 US Consumer Survey» et portant sur 16 000 adultes dans 50 villes des Etats-Unis, la demande du public serait plus élevée que jamais. En effet, 64% des consommateurs interrogés déclarent que la pandémie les a amenés à réévaluer leurs priorités de vie, tandis que 65% estiment que la santé et le bien-être sont désormais importants pour eux.

Les consommateurs seraient ainsi prêts à dépenser plus d’argent en prestations bien-être dans les mois à venir, ce qui est plutôt encourageant pour le marché. Mais surtout, ils seraient enclins à tester de nouveaux services. C’est donc le moment de faire preuve de créativité ! Et de proposer de nouvelles prestations, 58% des sondés avouant un regain d’intérêt pour leur santé mentale.  Méditation, massages et bains d’ondes devraient se retrouver en tête de liste…

Davantage de beauté

Les prestations en institut semblent aujourd’hui considérées comme partie intégrante des routines beauté : 40% des consommateurs américains interrogés déclarent qu’ils réservent aujourd’hui plus de soins qu’avant la pandémie. Près de la moitié des sondés déclarent par ailleurs qu’ils comptent améliorer leur apparence à la suite de la pandémie.

Ils privilégient principalement des soins technologiques, pour l’amélioration de la peau, de l’épilation, ainsi que des soins capillaires et de la coloration. En résumé, ils mettent en avant tout ce qui peut leur donner l’impression de prendre un nouveau départ.

Le prix, mais pas seulement

La plateforme a noté que le prix n’est plus le seul critère de sélection d’un établissement. Le choix des internautes se détermine par rapport à trois facteurs. Si le prix reste toujours dans le tiercé de tête, les clients tiennent aussi compte, à parts égales, de la propreté des lieux et de la qualité du soin. Sans grande surprise en période post-Covid, 53% des consommateurs sont sensible à l’hygiène des lieux et se sentent plus à l’aise en réservant un institut qui ne reçoit qu’un client à la fois.

Un praticien qualifié

Oublié le temps, où il suffisait de promettre le nirvana sans que cela soit suivi d’effet… Plus de 25% des personnes interrogées ont affirmé qu’elles préféraient réserver un soin chez un praticien qualifié et expérimenté. Les instituts et les spas doivent donc s’efforcer de retenir leurs meilleurs éléments, un vrai défi pour ce secteur si concurrentiel.

D’autant que le monde du travail a changé et que la majorité des praticiens recherchent avant tout la stabilité et à travailler dans un établissement qui partage leurs valeurs. Les employeurs devront donc soigner leur attractivité pour retenir leurs meilleurs éléments.

Diversification et soins classiques

MASSAGE AU BOL
Même si les clients spa se déclarent prêts à essayer de nouveaux soins, comme ici la klangthérapie, la demande des soins classiques reste importante.

C’est le moment de proposer de nouveaux services : 53% des participants à l’enquête ont affirmé qu’ils étaient plus ouverts à essayer de nouveaux services qu’avant la crise sanitaire et même à dépenser un peu plus pour les tester.

Mais malgré cette bonne volonté, les prestations les plus demandées restent les soins visage, l’épilation et l’esthétique du regard. Les nouveaux services proposés ne doivent donc pas faire disparaitre vos soins classiques les plus demandés. Restez donc prudents dans le changement de vos cartes de soins : modifiez-les progressivement, en fonction de la demande.

La rentabilité reste un problème

Même si la pandémie a fait comprendre au public les bienfaits du bien-être, les gérants d’établissement font toujours face à leurs problèmes traditionnels, c’est-à-dire : comment attirer de nouveaux clients (48%), comment optimiser sa gestion (43%) et comment apprivoiser la technologie et le digital (41%) ?

Sur ce dernier point, la crise sanitaire a constitué un véritable accélérateur pour les uns et une volonté de s’adapter et de se développer pour les autres. Ainsi, 51% des propriétaires d’établissements prévoient d’investir massivement sur ce secteur au cours des trois prochaines années.

Une envie de se faire du bien

Sans surprise, les consommateurs d’aujourd’hui veulent avant tout se faire plaisir. Environ la moitié (49%) des personnes interrogées déclarent qu’elles prévoient de tester des soins bien-être plus «cocooning» au cours des six prochains mois. Pour répondre à cette demande, pas toujours exprimée mais bien réelle, prévoyez des offres spéciales en rajoutant des suppléments bien-être à des services plus basiques. Même un soin d’épilation peut se transformer en soin à part entière !

La conclusion de l’enquête est résolument optimiste, la plateforme misant sur une renaissance du bien-être. Là où subsistait autrefois une certaine culpabilité associée à aux soins de beauté ou aux séances spa, émerge aujourd’hui une impatience d’en profiter. Et pour les instituts et les spas, c’est plutôt une bonne nouvelle…

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Restons en contact

Inscrivez-vous à la newsletter de profession bien-être. 

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.