Beauté

Bien-être

Business

Thermes de Néris-les-Bains : pas de réouverture ce lundi mais de nouveaux travaux

Technologie Wonder

Alors que la saison thermale devait démarrer le 12 avril, la situation sanitaire a permis à l’exploitant des thermes de Néris-les-Bains (Allier) de poursuivre sa rénovation. La municipalité a voté sa mise en vente à la fin du mois de décembre.

Michel Kuperman, président de la Semett, l’exploitant qui gère cet établissement situé à moins de 10 km de Montluçon, «n’envisage pas un fonctionnement du site avant juin, après autorisation de l’Agence régionale de santé», rapporte La Montagne. En attendant, les thermes effectuent des travaux «complémentaires».

D’abord, la rénovation des «grandes douches» , décidée à l’automne, à la suite de la redécouverte de pseudomonas dans le réseau, poursuit le quotidien régional. Ce chantier, qui a débuté en janvier, a permis «la restructuration complète du secteur de soins : des aménagements de confort, des modifications et le remplacement de parties anciennes des réseaux», explique Michel Kuperman, cité par La Montagne. Coût de l’opération : 637 000 euros.

Aménagements sur le plateau technique

Plusieurs aménagements ont également été réalisés sur le plateau technique, notamment «sur le réservoir souple de 53 mètres cubes où est stockée l’eau thermale refroidie (ETR)». Les thermes ont également remplacé la désinfection chimique du plateau par une méthode de double désinfection périodique. «Des agents bactéricides sont mis en circulation dans les réseaux, puis un choc thermique est créé en injectant une eau portée à 70 degrés», précise à nos confrères Michel Kuperman.

La Société d’exploitation mixte du thermalisme et du tourisme (Semett), dont il a la charge, sera déchue au 31 août prochain de la délégation de service public accordée par la ville. Un appel d’offres sera alors lancé. Pour mémoire, le conseil municipal a voté fin décembre la mise en vente des thermes et du spa Les Nériades.

«On a fait près de quatre millions d’euros de travaux, depuis 2013, entièrement autofinancés par les résultats de la Semett. Mais aujourd’hui, elle n’a plus les moyens financiers de pouvoir les poursuivre», s’alarmait fin 2020 le maire de la station, Alain Chapy, qui évoquait déjà la possibilité de faire appel à un opérateur privé.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.