Beauté

Bien-être

Business

Restaurants : la date de réouverture le 20 janvier n’est pas acquise

FERMETURE DES RESTAURANTS

Alors que les professionnels du tourisme et de l’hôtellerie-restauration manifestaient lundi, à Paris, pour demander la réouverture «le plus rapidement possible», Bruno Le Maire déclarait le matin que la date du 20 janvier restait conditionnée à l’évolution de l’épidémie.

«Je ne peux pas vous dire avec certitude que nous rouvrirons les bars et restaurants le 20 janvier. Ce serait malhonnête de ma part et ce serait prendre un risque excessif que de dire ça», a expliqué lundi le ministre de l’Économie sur Franceinfo, ajoutant qu’il allait recevoir à nouveau les restaurateurs «dans les semaines qui viennent».

«Je verrai avec eux quels sont les accompagnements complémentaires qui sont nécessaires pour eux, comment est-ce qu’ils peuvent redémarrer, comment on peut aussi les accompagner sur le long terme. Ils vivent aujourd’hui des moments qui sont terribles psychologiquement et économiquement», a annoncé Bruno Le Maire.

«On veut couvrir toutes leurs charges fixes, on prend en charge l’activité partielle à 100% autant de temps que resteront fermés les restaurants. Et s’il faut des mesures complémentaires ici ou là, nous serons là», a-t-il encore promis, rappelant que les restaurants peuvent avoir une indemnisation de 20% de leur chiffre d’affaires par rapport à 2019.

Décision décevante du Conseil d’Etat

Ce même jour, des restaurateurs, des hôteliers, mais aussi des gérants de thalasso ou de discothèques ont manifesté à Paris, à l’appel de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (UMIH) et du Groupement national des indépendants (GNI). Le cortège a démarré à partir de l’esplanade des Invalides. «Les prestataires ainsi que les fournisseurs (brasseurs, viticulteurs, agriculteurs, métiers de bouche, primeurs, blanchisseurs…) étaient aussi représentés», selon Le Figaro.

«On nous fait passer pour ceux qui favorisent le développement des clusters. Mais comment est-ce possible, alors que nous sommes fermés depuis tant de semaine ?», déplore Roland Heguy, président confédéral de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), cité par le quotidien. Fin novembre, la principale organisation professionnelle du secteur avait intenté une action en référé devant le Conseil d’Etat. Au début du mois, ce dernier a rejeté sa demande de suspension de la fermeture des établissements.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.