Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Médecines douces : la DGCCRF s’attaque aux « pratiques commerciales trompeuses »

Medoucine attaqué par les médecins

La plateforme de prise de rendez-vous en ligne avec des praticiens de médecines douces fait l’objet d’une injonction par la répression des fraudes pour pratiques commerciales trompeuses.

Sophrologie, ostéopathie, hypnose, médecine traditionnelle chinoise… Le site Médoucine donne des informations sur ces différentes disciplines, classées, selon les points de vue, parmi les médecines dites «alternatives», «complémentaires» ou «douces». Proposant également la possibilité de réserver des rendez-vous en ligne, la plateforme ne retient que des «praticiens certifiés», dont elle assure avoir vérifié la formation et l’expérience, la déontologie et les références auprès de leurs confrères.

Depuis le 6 septembre, la SAS Goodmoon, propriétaire de ce réseau de thérapeutes, lancé en 2016 par une polytechnicienne, Solange Arnaud, «fait l’objet d’une mesure d’injonction de la Direction départementale de la protection des populations de Seine-et-Marne », annonce la répression des fraudes.

Des qualifications douteuses

Elle demande que la plateforme de prise de rendez-vous «cesse des pratiques commerciales trompeuses». En cause, la diffusion d’«allégations sur son site laissant croire aux utilisateurs de la plateforme en ligne que l’exercice de l’acupuncture peut être réalisé par des professionnels» autres que ceux qui y sont autorisés par le code de la santé publique.

La DGCCRF reproche aussi à Médoucine.com d’inscrire, dans son réseau, des professionnels ne disposant pas des qualifications requises tout en les présentant comme des «praticiens de confiance». L’article 4161-1 du code de santé publique auquel se réfère le ministère de l’Economie souligne que la pose d’un diagnostic par une personne n’étant pas qualifiée pour le faire ou la réalisation de certains actes, comme l’acupuncture, réservés aux médecins et aux sages-femmes, relève de l’exercice illégal de la médecine.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.