Martine Berenguel décorée de l’ordre national du Mérite

Martine Berenguel devient chevalier d l'ordre national du Mérite

La co-présidente de la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté-spa (CNAIB-SPA) recevait le lundi 11 octobre les insignes de chevalier de l’ordre national du Mérite des mains d’Alain Griset, ministre délégué en charge des PME. 

Difficile de trouver plus investie dans sa profession que cette pétillante brune à la silhouette nerveuse. Depuis son CAP obtenu à 17 ans, Martine Berenguel a franchi toutes les étapes dans l’esthétique. Quatre ans plus tard, son brevet de maîtrise en poche, elle se consacre avec passion à la beauté des femmes. Vive et chaleureuse, elle a le contact facile et le sourire contagieux. Mais sous le regard mutin et la boucle rebelle, se cache une intelligence acérée et une volonté farouche.

Car si la jeune femme se met rapidement à son compte – elle va gérer au cours de sa carrière huit instituts dont certains seront transmis à ses salariées -, l’esthéticienne entend aussi défendre sa profession qu’elle adore. Cette battante qui aime relever les défis va ainsi gravir une par une les marches du syndicalisme militant, tant au niveau de la CNAIB, de la CNAMS et de l’U2P, qu’à la chambre des métiers et de l’artisanat de l’Isère.

Défendre les petites entreprises et l’artisanat

Les responsabilités ne l’effrayent pas : aujourd’hui, elle mène de front la direction de deux instituts, un centre Guinot-Mary Cohr et un établissement dédié aux nouvelles technologies, la co-présidence de la CNAIB-SPA et un mandat de conseillère prudhommale, où elle défend bec et ongles les TPE et les artisans.

Sa force de caractère ne l’a toutefois pas empêchée de sentir son regard s’embuer en recevant des mains d’Alain Griset, l’insigne au ruban bleu, soudain plus précieux que n’importe quelle parure. Mais sa décoration n’est pas une fin en soi. Pour cette entrepreneuse de la beauté, c’est un symbole. Qui devrait inciter les esthéticiennes à prendre les choses en main, à s’investir dans les instances représentatives de l’artisanat. Et montrer ainsi, à une société encore pétrie de clichés, que l’esthétique, dont le métier consiste à s’occuper des autres, donne lieu à des expériences de vie si riches et si différentes.

Découvrez nos partenaires

Dans la même catégorie d' Articles