Formation professionnelle: syndicats et patronat entament une nouvelle négociation

FORMATION PROFESSIONNELLE

Trois ans après l’entrée en vigueur de la loi Avenir professionnel, les partenaires sociaux se sont donnés rendez-vous jeudi soir pour le premier round de négociation sur la réforme. L’objectif est de parvenir à un nouvel accord national interprofessionnel (ANI).

Syndicats et patronat se retrouvent après plusieurs mois de concertations entre quatre organisations syndicales (CFDT, CFTC, CFE-CGC et FO) et trois mouvements patronaux (Medef, CPME et U2P). À partir du 9 avril, les partenaires sociaux, à l’exception de la CGT, se sont ainsi réunis chaque semaine pour évaluer la loi Avenir professionnel de 2018. En juillet, un rapport comprenant quarante-neuf propositions a été transmis à la ministre du Travail, Elisabeth Borne, qui avait alors donné son feu vert pour un nouvel ANI.

Pour ce premier round de négociation, les dysfonctionnements de France Compétences occuperont une bonne partie des discussions. Instance de régulation de la formation professionnelle et de l’alternance, cet organisme devrait afficher un déficit de 2,5 milliards d’euros à la fin de l’année, après avoir été déjà recapitalisée par l’Etat à hauteur de 750 millions d’euros en 2020, rapportaient Les Echos en juin.

La professionnalisation du CPF

D’autres questions, comme «le sujet de la professionnalisation du compte personnel de formation (CPF) sur les besoins réels des entreprises et des salariés pour maintenir en emploi les salariés. Il faut aussi faire évoluer le répertoire de formation pour le rendre plus opérationnel», détaille auprès du Figaro Patrick Martin, président délégué du Medef.

Autre sujet qui sera débattu : le financement du Plan d’investissement dans les compétences (PIC), lancé au début du quinquennat. Fin septembre, Jean Castex a annoncé que 560 millions d’euros supplémentaires seront fléchés pour former 1,4 million de demandeurs d’emploi en 2022. Selon le gouvernement, plus d’un million de personnes en recherche d’emploi sont actuellement formées chaque année, contre 600 000 avant le PIC.

 

Découvrez nos partenaires

Dans la même catégorie d' Articles