Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Fonds de solidarite : les auto-entrepreneurs jugent insuffisant son élargissement

Fonds de solidarité

Le gouvernement vient d’élargir l’accès au fonds de solidarité à de nouvelles professions. Pour les organisations d’auto-entrepreneurs, cette mesure est insuffisante pour leur permettre de traverser la crise. Elles jugent la situation alarmante. 

«Le problème, c’est pour ceux qui ne font que 40% à 50% de leur chiffre d’affaires. Il faut leur donner un petit coup de pouce pour redémarrer», estime le président de l’Union des auto-entrepreneurs (UAE) François Hurel, rapporte l’AFP. Il propose une aide de 500 euros pour tous les auto-entrepreneurs dont c’est l’activité exclusive, soit 450 000 sur 1,6 million, pour éviter qu’il y en ait «un gros paquet qui aille au tapis dans les trois mois».

Misant comme François Hurel sur la reprise de l’activité, Grégoire Leclerq, le président de la Fédération nationale des auto-entrepreneurs (FNAE), demande, dans un communiqué, une aide dégressive de 1 500 euros en octobre, 1 000 en novembre et 500 en décembre, tous secteurs confondus, à condition d’avoir une baisse de chiffre d’affaires de 50%.

Une proposition qu’il a chiffrée à un coût de 300 à 400 millions d’euros pour l’Etat, souligne l’AFP. Plus de la moitié des auto-entrepreneurs qui ne sont pas en même temps salariés ou retraités n’ont pas perçu le fonds de solidarité en septembre et «67 % sont en dessous de la barre des 50% de chiffre d’affaires habituel», selon une enquête réalisée par la FNAE mardi et mercredi derniers à laquelle ont répondu plus de 4 000 adhérents.

Des populations « très durement touchées »

«La situation est alarmante, les auto-entrepreneurs sont en sursis, voire en péril de mort», avertit Grégoire Leclercq. Dans les secteurs exclus, «on a des populations qui n’ont pas des gros revenus et qui sont très durement touchées», s’inquiète aussi Hind Elidrissi, co-fondatrice du syndicat Independants.co, qui revendique 6 000 adhérents dont une moitié d’auto-entrepreneurs.

La semaine dernière, Bruno Le Maire a annoncé que le fonds de solidarité allait être une nouvelle fois renforcé et la liste des métiers concernés par les dispositifs d’urgence élargie. Pour en bénéficier, il fallait faire l’objet, soit d’une fermeture administrative, soit avoir perdu 80% de son chiffre d’affaires. Le seuil sera descendu «jusqu’à une perte de 70% du chiffre d’affaires», a indiqué le ministre de l’Economie.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.