Beauté

Bien-être

Business

Emprise sectaire : la Miviludes obtient plus de moyens pour traquer les « gourous »

R.Javanbakht

Santé naturelle, crudivorisme, thérapies «alternatives»… Marlène Schiappa, la ministre déléguée à la Citoyenneté, déplore que «de nouveaux gourous» se servent du Covid pour accroître leur influence. Elle vient de nommer une magistrate à la tête d’une Miviludes renforcée.

Depuis le départ de Serge Blisko, médecin et ex-député PS de Paris, en octobre 2018, la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) n’avait plus de président. Personne n’avait été nommé par Matignon,DONT la structure dépendait dès sa création, en 2002.

Changement d’orientation à la mi-2020 : la Miviludes est désormais rattachée au comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation, qui relève, cette fois, du ministère de l’Intérieur. Certains y voyaient une mise au rebut, mais, à la suite la crise sanitaire, les Français faisant davantage preuve de défiance envers la parole publique, la Miviludes a jugé le terrain fertile pour les charlatans et multiplié les mises en garde.

Le message a été repris par l’Exécutif. «Vous avez de nouveaux gourous qui se servent de la pandémie pour prêcher des mesures soi-disant de bien-être, mais qui sont des mesures de sujétion psychologique, voire de captation d’argent ou de biens», a dénoncé mardi Marlène Schiappa sur Franceinfo. Elle estime que «plus de 500 nouveaux petits groupes sectaires ont proliféré à la faveur du confinement».

Face à cette «recrudescence de dérives sectaires», «je multiplie par dix les moyens de la Miviludes : ils sont maintenant d’un montant de 1 million d’euros pour accompagner notamment les associations», a ajouté la ministre déléguée. Une magistrate, Hanène Romdhane, a été nommée à la tête de la Miviludes. Docteure en droit public, elle était jusqu’ici directrice des affaires juridiques auprès du Contrôleur général des lieux de privation de liberté.

Des liens renforcés avec Bercy et la Justice

«Sa nomination a notamment pour but de donner une suite judiciaire à l’ensemble des signalements effectués auprès de la Miviludes, afin de protéger les citoyennes et citoyens : 3 000, rien que sur l’année 2020, dont 40% dans le domaine de la santé», selon un communiqué de la ministre. Le rattachement de la Miviludes au ministère de l’Intérieur doit permettre une meilleure coordination de son action avec celle des forces de l’ordre et un pilotage «plus opérationnel», explique-t-elle, dans un entretien au Monde.

Ainsi, les effectifs de la Miviludes devraient être augmentés avec le renfort de fonctionnaires venus des ministères de la Justice et des Finances, afin d’assurer un meilleur «traçage des fonds» extorqués par les gourous à leurs adeptes, poursuit Marlène Schiappa. La structure devrait aussi davantage s’appuyer sur les services de renseignement territoriaux et les unités spécialisées de police ou de gendarmerie.

Autre nouveauté : la mise en place d’un «conseil d’orientation» pour «accompagner le travail des fonctionnaires avec des experts reconnus». Y figurent des personnalités comme le magistrat et ex-député LR Georges Fenech, le sociologue Gérald Bronner, la psychiatre Marie-France Hirigoyen, la philosophe et psychanalyste Cynthia Fleury-Perkins, le Défenseur des enfants Eric Delemar et le président de la Ligue nationale contre le cancer, Axel Kahn.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.