Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Beauté

Bien-être

Business

Électricité : une hausse entre 8,6% et 9,8% à partir du 1er février

HAUSSE ÉLECTRICITÉ

Le ministre de l’Economie a annoncé une augmentation de la facture d’électricité entre 8,6% (tarifs de base) et 9,8% (usagers en heures pleines-heures creuses). Pour les TPE, elle sera un peu plus faible.

Cette déclaration acte la fin progressive du bouclier énergétique, lancé à l’automne 2021 par le Premier ministre de l’époque, Jean Castex, pour limiter les hausses des tarifs de l’électricité et du gaz. Depuis le 1er janvier, le gouvernement a déjà presque doublé l’accise sur le gaz, une taxe payée par les fournisseurs de gaz naturel, qui sera répercutée sur les factures des abonnés.

«La facture d’électricité sur les tarifs heures pleines/heures creuses va augmenter de 9,8% au 1er février et sur les tarifs de base de 8,6%. C’est-à-dire que, pour 97% des ménages français, l’augmentation sera sous les 10%», a déclaré Bruno Le Maire, dimanche, sur le plateau du journal de 20 heures de TF1.

Cette mesure concernera près de 20 millions de ménages abonnés à l’électricité, dont 10,6 millions au tarif de base, c’est-à-dire le tarif «bleu» d’EDF, fixe sans heures creuses. Pour environ 400 000 abonnés particuliers ayant souscrit une option dite «effacement jour de pointe», le tarif augmentera de 10,1%. Pour les petites entreprises et abonnés non résidentiels, la hausse sera de 5,2 à 8% selon les contrats, rapporte l’AFP.

Pour éviter des hausses trop fortes des tarifs, le gouvernement avait, depuis deux ans, réduit la «taxe intérieure sur la consommation finale d’électricité» (TIFCE). Et c’est justement cette contribution qui va remonter en février, passant de 1 à 21 euros par mégawattheure. Avant la crise, elle était de 32,44 euros.

Quatrième hausse en deux ans, dénonce le SDI

«C’est la dernière hausse de cette taxe sur l’année 2024. La prochaine sera au 1er février 2025, nous reviendrons à la situation qui était celle d’avant le bouclier tarifaire», a assuré Bruno Le Maire.

Première organisation professionnelle à réagir, le Syndicat des indépendants et des TPE (SDI) a déploré «un coup dur, pour ne pas dire un coup bas pour les indépendants et TPE concernés en qualité de professionnels mais aussi de particuliers». 

«La bataille des chiffres sur l’ampleur de l’augmentation en pourcentage pour tenter d’en minimiser la portée importe peu. Le fait est que nos TPE vont subir leur quatrième augmentation en deux ans, après la rupture de la promesse d’une unique augmentation en 2023», a ajouté Marc Sanchez, son porte-parole.

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.