Beauté

Bien-être

Business

Audience patronale : l’U2P émet des doutes sur la validité des résultats

INSTALLATION POUR KRAXEOFEN

C’est la deuxième mesure d’audience, après celle de 2017, depuis la réforme de 2014, et elle confirme la première place du Medef. Mais l’U2P en conteste toujours les fondements, estimant qu’elle sous-évalue le poids des petites entreprises.

Selon les résultats de la nouvelle mesure d’audience patronale dévoilés mercredi devant le Haut Conseil du dialogue social, le Medef demeure la première organisation patronale en France. Celle-ci représente, via leurs employeurs, un total de 9,4 millions de salariés, le critère actuel le plus important pour mesurer la représentativité, dont dépend ensuite la répartition des sièges dans les instances paritaires, mais aussi celle des subventions du fonds paritaire national.

En revanche, en nombre d’entreprises représentées, le Medef reste à la traîne avec 125 929 entreprises adhérentes, tandis que la CPME progresse très fortement à 243 397 entreprises, contre moins de 145 000 dans la dernière mesure publiée en 2017, soit un bond de près de 70%. Ce résultat provient, en grande partie, de la prise en compte dans les calculs des micro-entreprises et d’organisations à but non lucratifs de l’économie sociale et solidaire passées dans le champ de l’interprofession, a expliqué la Direction générale du travail, lors d’un point presse.

La concurrence est féroce entre les organisations patronales et la CPME n’a pas boudé son plaisir de se voir son poids considérablement affermi. Interrogée, elle s’est félicitée de «creuser l’écart avec l’U2P» et d’être «les premiers en nombre d’employeurs». «Il serait aujourd’hui très compliqué d’aller à un accord sans l’avis de la CPME», a ajouté son président, François Asselin, rapporte l’AFP.

« Sur-représentation des grandes entreprises »

Derrière, l’U2P (artisans, commerçants), avec 203 705 sociétés, en hausse de 50 000 par rapport à la précédente mesure, met en avant, dans un communiqué, «un nombre d’entreprises adhérentes très supérieur au nombre d’entreprises affiliées au Medef». Mais elle émet aussi «de sérieux doutes sur la validité des résultats», pointant notamment la très forte progression du nombre total de salariés depuis la dernière mesure (passé de 12 à 14 millions), indiquant réfléchir à «contester les résultats devant la justice».

L’U2P dénonce aussi le système de représentation patronale «qui permet aux représentants des grandes entreprises et des PME d’imposer leurs décisions à l’ensemble de la communauté des entreprises». «Le système actuel de représentation patronale aboutit à une sur-représentation des grandes entreprises et à une sous-évaluation des petites entreprises au motif qu’elles emploient moins de salariés», souligne l’organisation.

Dans un communiqué, le Medef a réagi en affirmant que, «parmi les entreprises sans salarié, les auto-entrepreneurs n’ont évidemment pas leur place dans le calcul de la représentativité patronale interprofessionnelle, pas plus que les associations à but non lucratif, car ceci est contraire à l’esprit des règles fixées par la loi». «Le Medef progresse et reste en tête sur son terrain, celui des entreprises», s’est défendue l’organisation patronale auprès de l’AFP.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.