Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Produits alimentaires : trop d’allégations de santé non conformes

Eric Darves-Bornoz

«Détox , «source de vitamines», «augmente les défenses immunitaires»… Communiquer sur l’impact sanitaire des aliments est tentant, mais les allégations de santé, notamment sur Internet, sont encore trop souvent non conformes à la réglementation, selon la DGCCRF.

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a relevé un taux d’anomalie moyen de 44% à la suite d’une étude réalisée en 2019 sur plus de 300 établissements. Les écarts sont plus significatifs «entre les établissements physiques (commerces, sites de production…), qui affichent un taux d’anomalie de 38%, et les établissements vendant leurs produits sur Internet, dont le taux d’anomalie est bien plus élevé (69%)», indique la répression des fraudes dans un communiqué.

Une enquête précédente, en 2016, avait montré un taux d’anomalie bien plus bas : 21%, mais la DGCCRF précise que l’enquête portant sur 2019 a ciblé «les produits les plus susceptibles de porter des allégations de santé : infusions, thés, chocolats, céréales pour petit-déjeuner, produits de la ruche».

Des informations « recopiées » sur des sites

Les anomalies les plus courantes sont la «présence d’allégations thérapeutiques» – par exemple : «s’utilise lors d’un rhume» ou «utilisé dans le traitement de certaines dermatoses comme l’acné, l’eczéma, le psoriasis» -, la présence «d’allégations de santé non autorisées» ou «non inscrites sur les listes positives des allégations autorisées», comme «La biotine contribue au maintien d’ongles normaux», ou encore l’utilisation d’allégations générales, non accompagnée d’une allégation autorisée, avec des termes comme «superfruit» ou «détox».

La DGCCRF évoque encore «un non-respect du libellé des allégations», citant notamment «La vitamine C augmente les défenses immunitaires», au lieu de l’allégation autorisée «La vitamine C contribue au fonctionnement normal du système immunitaire». Selon les services de l’Etat, de nombreux opérateurs ne connaissent pas la réglementation «pourtant applicable depuis 2007» et se contentent de recopier «des informations qu’ils ont trouvé sur des sites non marchands ou dans des livres».

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.