Beauté

Bien-être

Business

Pollution aux particules fines : nette baisse des décès en Europe

POLLUTION AUX PARTICULES FINES

L’Agence européenne de l’environnement (AEE) a enregistré une baisse de 10%, en 2019, du nombre de morts liés aux particules fines dans l’UE, avec 307 000 décès prématurés.

Ce recul s’explique en partie par des conditions météorologiques favorables mais surtout par la poursuite de l’amélioration progressive de la qualité de l’air en Europe, selon l’AEE. En 2018, le nombre de morts lié aux particules fines PM 2,5 (particules en suspension dans l’air dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres) était estimé à 346 000.

Parmi les principaux pays de l’Union européenne, la pollution aux particules fines a été responsable, en 2019, de 53 800 décès prématurés en Allemagne, 49 900 en Italie, 29 800 en France et 23 300 en Espagne, selon l’Agence. Avec 39 300 morts, la Pologne est le pays le plus touché relativement à sa population.

L’Agence européenne de l’environnement, basée à Copenhague, mesure également les décès liés aux deux autres principaux polluants de l’air dangereux pour la santé : la tendance en 2019, pour les particules d’ozone (O3), était aussi à la baisse avec 16 800 morts prématurées, soit un recul de 13% sur un an, tandis que, pour le dioxyde d’azote (NO2), gaz produit principalement par les véhicules et les centrales thermiques, les décès prématurés ont diminué d’un quart entre 2018 et 2019, passant à 40 400.

Avec l’AFP.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.