Beauté

Bien-être

Business

Le Royaume-Uni va interdire les injections de botox aux moins de 18 ans

Emilie Nanneix est chargée de mission à LA CANIB-sp pour le développement durable

Des injections de botox dès l’adolescence, avant même les premières rides ? Les chiffres explosent chez les jeunes. Pour freiner le phénomène, le gouvernement britannique a décidé de réserver ce traitement aux adultes.

Pas moins de 41 000 procédures, notamment pour des réhaussements de lèvres, ont été effectuées au Royaume-Uni en 2020, selon le Daily Mail. Des procédures rapides, non invasives et peu douloureuses qui séduisent de plus en plus de jeunes galvanisés par les images de célébrités postées sur les réseaux sociaux.

Le phénomène a pris une telle ampleur outre-Manche que la ministre de la Santé, Nadine Dorries, a publié une lettre dans le quotidien britannique pour mettre en garde le public contre ce type de pratique, estimant que «beaucoup trop de gens ont été marqués émotionnellement et physiquement après des procédures cosmétiques bâclées».

«Ces procédures utilisent des substances qui sont généralement administrées par injection dans la peau et peuvent entraîner de graves complications, notamment des infections et, dans de rares cas, la cécité. Il n’est pas normal que les enfants soient ainsi exposés, en particulier s’ils font appel à certains des cow-boys (sic) qui opèrent dans l’industrie. Aucun enfant n’a besoin d’interventions esthétiques, sauf pour des raisons médicales», écrit-elle, avant d’annoncer l’interdiction des injections de botox ou de produits de comblement aux moins de 18 ans dès le 1er octobre.

Des effets secondaires sous-estimés

«Ce changement vise à protéger les jeunes des risques potentiels, pour la santé, du botox et des produits de comblement, et aligne l’utilisation de ces procédures sur les restrictions d’âge qui s’appliquent aux modifications corporelles telles que les tatouages, le blanchiment des dents et l’utilisation des bancs UV», explique la ministre, qui reconnaît avoir utilisé, elle aussi, du botox dans sa jeunesse.

Au même moment, une équipe de chercheurs britanniques a publié une étude suggérant que la fréquence d’apparition d’effets secondaires, mis en avant par les autorités sanitaires britanniques (MHRA), serait sous-estimée. Selon les résultats de leurs travaux, relayés par The Guardian, une personne sur six à qui on injecte du Botox dans le visage souffre de complications telles que des ecchymoses, des maux de tête, des nausées et des traits «figés».

Autre enseignement : les scientifiques ont trouvé un taux global de complications de 16% après avoir analysé 30 études impliquant 17 352 injections de botox dans le visage, notamment des ecchymoses (5%), des maux de tête (3%) et une parésie faciale (2 %), dans lesquelles des parties du visage telles que la paupière ou les sourcils sont paralysées.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.