Beauté

Bien-être

Business

Espérance de vie : mieux vaut vivre en ville qu’a la campagne

vivre à la campagne

«Les habitants du rural vivent deux ans de moins que ceux des villes», soulignent deux études publiées par l’Association des maires ruraux (AMRF). En cause, des inégalités qui se creusent de plus en plus dans le domaine de la santé.

«Le différentiel entre les zones les plus profondément rurales et les zones les plus densément peuplées ne cesse de se creuser au fil des ans», si l’on en croit ces deux études réalisées à partir de données de l’Insee par Emmanuel Vigneron, professeur des universités à Montpellier, spécialiste de l’approche territoriale de la santé.

Interrogé par l’AFP, il relève une «aggravation au cours des trente dernières années entre les départements ruraux et les départements urbains», les hommes étant les plus mal lotis avec 2,2 ans de moins d’espérance de vie à la naissance, contre 0,9 an chez les femmes. «L’espérance de vie en prend un coup parce que l’on consomme moins (de soins) et on consomme plus tard. Il y a moins de médecin, les maladies peuvent devenir graves», prévient-il.

L’image bucolique et revitalisante de la campagne est également écornée… «Il vaut mieux que les citadins qui se disent qu’il serait chouette d’habiter à la campagne et d’y télétravailler ne mythifient pas trop le gazouillis des oiseaux», prévient l’auteur de «La santé au 21e siècle» (éditions Berger-Levrault). Dans sa première étude, Emmanuel Vigneron avait également conclu que les habitants du monde rural consommaient 20% de soins hospitaliers en moins que ceux des villes.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.