Beauté

Bien-être

Business

Covid : la pandémie touche « tous les aspects du bien-être », selon l’OCDE

LE BIEN-ÊTRE A CHANGÉ APRES LA PANDEMIE D'APRES L'OCDE

L’épidémie de Covid-19 s’est insinuée dans chaque aspect du bien-être des personnes, agissant sur leur manière de vivre et de travailler, selon une étude de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Entre mars 2020 et mai 2021, le virus a provoqué dans 33 pays de l’OCDE (qui en comprend 38) une hausse de 16% du nombre moyen de décès par rapport à la même période au cours des quatre années précédentes. Le nombre de dépressions et de crises d’angoisse a aussi augmenté, les citoyens se sentant souvent plus isolés et déconnectés de la société, relève le rapport.

La crise a également accentué les disparités sociales, économiques et environnementales. Et si les aides publiques ont permis, en 2020, de maintenir le revenu moyen par ménage et de freiner les pertes d’emploi, 14% des travailleurs des pays européens de l’OCDE craignaient de se retrouver au chômage dans les trois mois. En outre, près d’un tiers des sondés de 25 pays de l’OCDE pointent déjà des difficultés financières, souligne l’OCDE.

Dans ce document, l’organisme international envisage ainsi les conséquences de la pandémie sur le bien-être sous différents aspects : les ressources financières, l’emploi, la santé, les connaissances et compétences, l’environnement, le bien-être subjectif, la sécurité, l’équilibre entre vie privée et professionnelles, les liens sociaux et l’implication citoyenne.

Renforcer la confiance entre les individus

L’OCDE formule aussi des recommandations autour du bien-être. Par exemple, il conseille aux gouvernements, qui basculent à présent de l’aide d’urgence vers une stimulation de la reprise, de se concentrer sur des mesures essentielles au bien-être de leur population. L’un des principaux objectifs doit être de renforcer la sécurité de l’emploi et financière, particulièrement pour les ménages précarisés par la crise, juge le rapport.

Santé mentale et physique ainsi que la problématique de la pauvreté infantile doivent également constituer des priorités. En effet, l’état psychologique s’est dégradé dans quasiment toutes les catégories de la population, notamment chez les jeunes adultes, qui ont enregistré l’une des plus fortes détériorations de l’état de santé mentale, des liens sociaux et du degré de satisfaction à l’égard de la vie, en 2020 et 2021, selon le rapport.

Enfin, ses auteurs estiment que le renforcement de la confiance est essentiel pour «reconnecter les individus à la société et aux institutions qui les servent». «De cette manière, le bien-être des citoyens s’améliorera tant aujourd’hui que demain, lorsque la pandémie sera derrière nous», expliquent les experts de l’OCDE.

Consulter le rapport (en anglais), ICI

 

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.