Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Beauté

Bien-être

Business

Instituts : « La nouveauté, c’est la distanciation sociale », estime une gérante

Elle a décidé de repousser au 14 mai la date de sa réouverture, mais c’est pour mieux s’y préparer. Installée dans le Périgord, Christelle Defarge prévoit une reprise en plusieurs étapes, tout en rappelant que les mesures d’hygiène font partie du quotidien d’une esthéticienne.

«Nous devons encore baliser et désinfecter le magasin, afficher les recommandations concernant les gestes barrières», explique la gérante à France 3 Nouvelle Aquitaine. Dans la partie parfumerie et maquillage de son institut, seules les employées pourront manipuler les produits. En revanche, côté soins, toutes les prestations ne seront pas proposées.

«Dans un premier temps, nous réaliserons uniquement les épilations et les manucures», indique l’esthéticienne. Les soins du corps ou du visage seront donc suspendus. Les conditions de travail seront, comme partout, très encadrées : les esthéticiennes porteront des gants, un masque, mais aussi une visière. En cabine, les clients devront venir avec leur propre masque, mais ce ne sera pas obligatoire en boutique.

Roll-on de cire à usage unique

«En esthétique, nous utilisons toujours des gants et des draps jetables. Finalement, la nouveauté, c’est la distanciation sociale», relève la gérante. Les nouvelles mesures sanitaires rendent toutefois le travail en institut plus compliqué. «Chaque esthéticienne gardera la même cabine tout au long de la journée. Par mesure de précaution, les clients patienteront à l’extérieur de l’institut, ils rentreront au compte-goutte», détaille Loïc Jaoul-Rubio, gérant d’un institut à Boulazac (Dordogne), également cité par France 3.

Les protocoles de d’hygiène sont désormais plus draconiens. Chaque détail compte, comme l’utilisation de roll-on de cire à usage unique ou la fermeture de la salle de pause, pour Loïc Jaoul-Rubio. «Nous tenterons également de favoriser le paiement par carte bleue», ajoute le jeune esthéticien. De quoi rassurer la clientèle. «Les habitués sont ravis, ils nous demandent souvent quand est-ce qu’on va reprendre !», assure, de son côté, Christelle Defarge.

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.