Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Sélectif : les parfums haut de gamme resistent mieux que les soins et le maquillage

parfumerie sélective

Si la crise accélère la digitalisation du commerce, certains produits de beauté distribués dans le sélectif en profitent plus que d’autres. Les parfums haut de gamme se sont ainsi mieux vendus en ligne que les soins et le maquillage depuis dix mois, relève une étude du cabinet NPD Group.

L’e-commerce n’en finit pas de rebattre les cartes et les parfums haut de gamme vendus dans le circuit sélectif sont les grands gagnants de cette transition numérique à marche forcée, opérée depuis le début de la crise sanitaire. Entre janvier et octobre, leurs ventes en ligne ont fait un bond de 41%, par rapport à la même période de l’an dernier.

«Pendant ces dix premiers mois de l’année, elles ont largement dépassé les performances du marché global de la beauté sélective en ligne, en hausse de 34 % par rapport à 2019», indique The NPD Group dans un communiqué, qui souligne que cette accélération des ventes a débuté «au sortir du premier confinement». A noter : d’août à octobre, si les ventes en lignes de parfums haut de gamme ont progressé de 46% en valeur, elles ont explosé sous la forme de coffrets cadeaux (+98%).

Les ventes en lignes ont ainsi amorti, en partie, les effets de la crise sur cette catégorie de produits. Malgré un recul de 18 % en valeur, à 1,21 milliards d’euros, leur performance reste là encore supérieure à celle du marché global de la beauté sélective, en baisse de 22 %, poursuit le cabinet d’études de marché.

Les enseignes ont su s’adapter

Au total, profitant de cette dynamique en faveur des parfums, le poids des ventes en ligne dans l’activité de la beauté sélective a quasiment doublé durant les dix premiers mois de l’année, atteignant 13% fin octobre, contre 7% à la même période de l’an dernier. Pour autant, les magasins physiques n’ont pas été délaissés. Ils sont même parvenus à limiter la baisse de leurs ventes (-9% d’août à octobre).

«Les marques et les enseignes ont démontré une agilité et une capacité d’adaptation très rapides ces derniers mois en proposant de nouvelles manières de tester les parfums à la maison et en développant le conseil en ligne ou par téléphone, le click and collect et le live streaming», observe Mathilde Lion, experte beauté pour l’Europe chez NPD.

Selon la consultante, le poids des achats en ligne de parfums haut de gamme reste toutefois modeste en France en comparaison avec le Royaume-Uni ou l’Allemagne. Elle estime par ailleurs que l’e-commerce ne peut pas compenser les pertes des magasins physiques quand ces établissements sont fermés.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.