Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Réservation en ligne : Flexy et LeCiseau fusionnent pour créer « Kiute »

Kiute et le Ciseau s'associent

Après avoir été rivaux, ces deux acteurs de la réservation en ligne dans la coiffure et l’esthétique ont décidé de mettre leurs compétences en commun au sein d’une nouvelle entité. Objectifs : prendre le leadership français sur les soins de beauté.  

C’est un grand pas en avant pour ces deux jeunes pousses françaises, qui ont connu, en quelques années, une croissance fulgurante. Créée en 2014 par Ilan Koskas et Sébastien Beaujard, Flexybeauty, rebaptisée «Flexy» l’an dernier, a conquis le marché de la beauté professionnelle avec un logiciel aux fonctionnalités simplifiées, «prêt à l’emploi» et peu cher (29 euros HT par mois). Aujourd’hui, si la start-up revendique 6 000 établissements abonnés à ses services, elle s’est aussi diversifiée, en lançant des formations professionnelles sur l’esthétique, la coiffure ou le digital.

Cofondée en 2016 par Nael Hamameh et Jean de La Porte, la start-up LeCiseau, après plusieurs levées de fonds, vient apporter quelque 2 000 salons de coiffure partenaires dans la corbeille des mariés. L’an dernier, la plateforme a également musclé sa base de données de coiffeurs à domicile en rachetant, à trois mois d’intervalle, les jeunes pousses Bigoudy et Brush’N Barber.

«Avec 10 000 salons partenaires (5 500 esthétique/4 500 coiffure), 250 000 réservations en ligne par mois et un volume d’affaires additionnel généré pour le marché par an de 120 millions d’euros, Kiute est d’ores et déjà le leader français sur le secteur de la beauté», affirment les deux sociétés dans un communiqué commun.

En partageant leurs ressources, elles souhaitent créer une solution «tout-en-un», qui s’appuiera sur le logiciel de Flexy, dédié aux professionnels de la beauté, et la plateforme de réservation en ligne développée par LeCiseau. Pour les deux protagonistes, il s’agit avant tout de pouvoir faire face aux conséquences de la crise sanitaire.

Des ambitions européennes à partir de 2021

«Les salons ont besoin de renouveler entre 15 et 20% de leur clientèle chaque année, mais la fréquentation des salons a baissé de 30% en 10 ans. Il est nécessaire pour les professionnels de faire leur révolution pour mettre le digital au cœur de leur stratégie», expliquent-ils dans leur communiqué.

Mais la vraie raison est peut être ailleurs. L’été dernier, la société Planity, qui combine logiciel de gestion et plateforme de réservation (7 500 établissements), a donné un grand coup d’accélérateur à ses projets en signant une levée de fonds de 10 millions d’euros. Grâce à cette opération, qui porte le total des fonds levés depuis la création de la start-up, en 2016, à 18 millions d’euros, ses dirigeants espèrent pouvoir multiplier par 2,5 leur chiffre d’affaires et atteindre 15% de parts de marché, contre 5% actuellement.

En attendant, la mise ne place de la future plateforme Kiute et de son logiciel «Kiute Pro» (lancement officiel le 28 octobre) doit permettre à la nouvelle entité de disposer d’une base de plus de 30 000 salons partenaires dans les trois ans avec, dès l’an prochain, un redéploiement au niveau européen, l’autre grande ambition des nouveaux mariés. La bataille promet d’être féroce.

 

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.