Beauté

Bien-être

Business

Morgane Daguet (Treatwell) : « Nous avons très vite adopté un rôle d’accompagnateur »

Morgane Daguet

En quelques années, les éditeurs d’outils numériques ont considérablement amélioré leurs solutions. Profession bien-être a rencontré Morgane Daguet, country manager France de la plateforme de réservation en ligne Treatwell, spécialisée dans les prestations de beauté. Morgane Daguet

Profession bien-être : La pandémie a-t-elle vraiment révolutionné le marché de la beauté ?

Morgane Daguet : En fait, l’accélération s’est produite dès 2018. Je suis arrivée dans l’entreprise en 2015, quand elle n’était encore qu’une start-up, baptisée Zensoon, avant son rachat par le groupe anglais Wahanda, qui l’a incorporé dans son groupe européen Treatwell. Et j’ai vu changer peu à peu les mentalités.

2015, c’est donc pratiquement la préhistoire digitale pour le marché hexagonal…

Absolument. Il y avait tout à faire, c’était un vrai défi à relever ! Nous n’étions pas tout à fait les premiers : Balinéa, aujourd’hui racheté par Uala, le groupe avec lequel nous avons établi une joint-venture l’année dernière, avait ouvert la voie sur un marché peu habitué à rétribuer des intermédiaires, à la différence de l’hôtellerie par exemple.

Comment vous êtes-vous positionnés face à cette situation ?

Dès la création de Treatwell, nous avons choisi une identité graphique très forte, et nous n’en avons pas dévié. Nous avons développé un «Lookbook», qui permet aux établissements d’afficher leurs réalisations et leurs images, une prestation très prisée des coiffeurs et des nail bars. Et nous avons très vite adopté un rôle d’accompagnateur pour permettre aux établissements de mieux comprendre le digital.

L’accompagnement est très chronophage, non ?

Pas tant que cela. Nous avons automatisé beaucoup de fonctions. Nos outils sont d’un fonctionnement très intuitif et permettent de gérer une réservation dès la mise en ligne de l’établissement. La plupart de nos clients, qui se proclamaient «anti-digitaux», ont très vite saisi tout l’intérêt de l’opération.

La recette, c’était de faire comprendre aux professionnels tout l’intérêt de la réservation en ligne… Franchement, à titre de comparaison, qui va encore à la gare pour acheter un billet pour un départ huit jours plus tard ? Lorsqu’on sait aujourd’hui que 44% des réservations sont effectuées en dehors des heures d’ouverture, comment un professionnel pourrait-il renoncer à ce chiffre d’affaires ?

Et même au-delà du simple chiffre, comment un coiffeur ou une esthéticienne travaillant seuls pourraient-ils gérer leur temps ? Soit ils répondent au téléphone pour confirmer les rendez-vous, soit ils effectuent les soins… On l’a vu au sortir de la pandémie. Grâce à nos outils, ils ont pu reprendre leur activité sans perdre de temps !

En trois ans, le message était passé. Face à nous, les logiciels de gestion ont commencé, eux aussi, à évoluer avec des solutions plus faciles à prendre en main, voire ludiques pour certaines. C’est de cette double évolution qu’est née ce que vous appelez la révolution digitale de la pandémie.

Votre confrère Planity s’est adjoint une plateforme de vente de soins en ligne et vous-même venez de lancer un logiciel de gestion pro… Ce sont des démarches opposées, mais qui, finalement, se rejoignent ?

Oui. La solution, en effet, c’est de proposer une solution globale, qui permet au professionnel de tout gérer, même de son smartphone si besoin est ! Et pour concevoir Treatwell Pro, nous nous sommes penchés sur les problèmes pratiques qui peuvent se poser au quotidien : confirmer les rendez-vous, les annuler, les reporter, gérer son stock de produits, envoyer des e-mails de prospection ou de fidélisation, proposer des tarifs heures creuses ou des offres last minute… Nous proposons même des boutons de réservation sur les comptes Facebook et Instagram de nos partenaires : une initiative qui produit des effets immédiats.

Comment envisagez-vous votre développement au cours des mois à venir ?

Plus de 107 millions de réservations ont déjà été prises sur la plateforme pour les 33 000 salons et instituts partenaires dans 13 pays européens. En France, nous comptons 5 000 partenaires. Nous avions commencé par la région parisienne, avant de nous déployer sur Lyon et Bordeaux. Notre politique est maintenant de conquérir une à une toutes les grandes villes de France. Cette année, nous doublons nos équipes commerciales pour y parvenir.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.