Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Les labels RSE, trop nombreux, ont du mal à se faire reconnaître

aides apprentis sans contrats

Indices de classement, notations extra-financières, trophées parfois auto-déclarés… La profusion des labels sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) «tend à nourrir scepticisme et incompréhension», déplore un rapport France Stratégie.

«La principale faiblesse» de ces labels, «c’est la non-reconnaissance aujourd’hui par les grands donneurs d’ordre privé, par le marché, et aussi par les marchés publics pour des raisons juridiques», a estimé lors d’une présentation en ligne Guillaume de Bodard, vice-président et représentant de la CPME au sein de la plateforme RSE de France Stratégie. Le rapport insiste pour que les labels soient accordés par des organismes tiers indépendants.

«En matière de marchés publics, la réglementation qui est notamment européenne n’évolue pas», a-t-il regretté. Un rapport datant de février et rédigé par la direction générale du Trésor du ministère de l’Economie propose, pour sa part, que la labellisation puisse être «reconnue dans les cas des appels d’offres publics dont le montant est inférieur aux seuils européens d’obligation de mise en concurrence».

Un autre problème vient du «temps et des coûts consacrés à la démarche» RSE, «notamment pour les plus petites entreprises», relève encore Guillaume de Bodard. Par ailleurs, pour financer les actions à entreprendre, «il n’y a pas de guichet unique en France en matière de RSE», ni «de financement proprement dit sur ce sujet». Enfin, 79% des fournisseurs ne parviennent pas à valoriser leurs performances en matière de RSE à travers le prix de vente, relève le rapport.

Avec l’AFP.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.