Beauté

Bien-être

Business

Compléments alimentaires : les start-up françaises a la conquête de l’Europe

Alors que la consommation de compléments alimentaires suit une progression constante depuis plusieurs années, de jeunes entrepreneurs français misent sur l’Europe pour passer à la vitesse supérieure. Plusieurs d’entre eux ont déjà engagé des levées de fonds.

La santé est plus que jamais au cœur des préoccupations des Français. De quoi conforter les acteurs des compléments alimentaires, qui ont pris ce tournant depuis quelques années, comme le montrait déjà une étude Xerfi, qui tablait l’an dernier sur une forte progression du segment des probiotiques, alors que le marché hexagonal approchait les 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

De jeunes pousses ont fait leur apparition et compte bien atteindre la taille critique pour prendre la tête du marché. C’est notamment le cas de Cuure, spécialiste des compléments alimentaires personnalisés. L’entreprise fondée en 2019 par Hugo Facchin (Essec) et Jules Marcilhacy (Mines ParisTech) vient ainsi de lever 1,8 million d’euros pour accélérer son développement.

«À travers notre offre personnalisée, au plus près des besoins de chacun, nous pensons pouvoir non seulement séduire les adeptes actuels de compléments alimentaires, mais aussi convaincre de nouveaux consommateurs», estime Hugo Facchin, dans un communiqué. Son modèle économique repose l’abonnement qui permet à ses clients de recevoir mensuellement une sélection de vitamines sur-mesure, recommandée à la suite d’un test en ligne.

Son concurrent est aussi sur la brèche. «Nous sommes en process de levée de fonds et nous discutons avec ces acteurs», déclare aux Echos Angélique d’Esclaibes, cofondatrice d’Epycure, qui propose également des cures personnalisées de vitamines. La start-up mise sur 1,5 million d’euros pour la fin septembre.

Cap sur l’Europe avant la fin de l’année

Autre acteur en forte croissance : Nutri&Co, qui vient de boucler la première série A du secteur, à hauteur de 4 millions d’euros, toujours selon Les Echos. «Les fonds sont présents et de plus en plus d’entreprises du secteur sont financées par ce type d’acteur», confirme au quotidien économique Christelle Chapteuil, présidente du Syndicat national des compléments alimentaires (Synadiet).

Ces jeunes pousses ont aussi des ambitions européennes, dont le marché est estimé entre 20 et 25 milliards d’euros. «Nous voulons être présents en Allemagne d’ici à la fin de l’année. Et une fois que nous aurons installé notre position en Europe, nous irons conquérir les deux plus gros marchés mondiaux, la Chine et les Etats-Unis», annonce aux Echos Edouard Fornas, le fondateur de Nutri&Co.

De son côté, Cuure va se lancer dès cette année en Europe, «sans ouvrir d’antenne locale mais en gérant les livraisons – entre 2 et 4 jours – depuis Paris», précise la jeune société française dans son communiqué. Les grandes manœuvres ne font que commencer.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.