Beauté

Bien-être

Business

Après le sursaut du 3e trimestre, l’horizon s’assombrit pour les tpe

Les entreprises de proximité étaient parvenues à limiter la baisse de leur chiffre d’affaires au 3e trimestre, mais la perspective de nouvelles restrictions d’activité suscite «une grande fébrilité» parmi leurs dirigeants, selon une enquête de Xerfi Specific menée pour l’U2P.

«Les chefs d’entreprise de proximité ont indéniablement pris le chemin d’un redressement progressif», note cette étude réalisée au troisième trimestre auprès de 6 200 TPE. Ainsi, entre juillet et septembre, ces petites structures ont limité la baisse de leur chiffre d’affaires à 5%, après un recul historique le trimestre précédent (-28%). Etalé sur les douze derniers mois, le recul des activités artisanales, commerciales et libérales s’élève à 10 %, ajoute l’enquête, qui a été publiée lundi.

Figurant parmi les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire, le secteur HCR (hôtellerie, cafés, restauration) a connu, pour sa part, une chute de son activité de 18,5% durant cette même période, contre -88% au 2e trimestre, tandis que les professions libérales et l’artisanat limitaient davantage la casse avec, réciproquement, des baisses de 4% (contre -26,5 %) et 2,5% (contre -24,5 %).

Ces tendances nationales masquent, bien sûr, des disparités sur le plan régional, compte tenu des mesures sanitaires prises au cas par cas. L’enquête cite, par exemple, les entreprises de proximité franciliennes, qui enregistrent un recul de 8% de leur chiffre d’affaires au 3e trimestre, alors que celles de Bretagne restaient stables (0%) durant la même période.

Des prévisions optimistes « très basses »

En ce qui concerne leur trésorerie, celle-ci a suivi «la même évolution positive au cours de la période», indique l’enquête, même si, pour plus d’un quart d’entre elles (26%), elle s’est détériorée, enregistrant une «baisse de 30 points par rapport au second trimestre (56 %)». Autre facteur positif constaté à la fin du 3e trimestre : le recul des prévisions négatives (74% au premier trimestre, 31% au deuxième et 29% au troisième).

«Les mesures de soutien aux entreprises ont joué leur rôle d’amortisseur de crise en évitant, au moins dans un premier temps, les faillites et les licenciements massifs», estime dans un communiqué l’U2P, qui représente les artisans et les professions libérales. Pour autant, les prévisions optimistes restent «très basses» : seulement 13 % des artisans, commerçants de proximité et professionnels libéraux envisagent une activité plus soutenue au cours du quatrième trimestre, souligne l’enquête.

«Une grande fébrilité demeure chez les chefs d’entreprise de proximité, bien compréhensible compte tenu des incertitudes sanitaires», commente l’U2P, qui demande aux pouvoirs publics de «limiter au strict nécessaire les décisions de restriction de l’activité économique». Le syndicat patronal souhaite aussi que les représentants des entreprises soient associés plus en amont à ces décisions, «et singulièrement les plus petites entreprises».

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.