Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

La sieste, le meilleur remède anti-stress

SIESTE ET RÉÉDUCATION DU SOMMEIL, DE NOUVELLES PISTES POUR LES SPAS

Jamais on n’aura autant parlé de sommeil ! La sieste s’invite un peu partout et inspire même les lieux de bien-être. Bulles de repos, soins thématiques ou bars à sieste : le power nap fait recette…

Le sommeil n’est pas forcément un cadeau du ciel assuré : chacun aborde différemment le repos nécessaire à l’organisme au même titre que boire et se nourrir. Les confinements n’ont rien arrangé, et les médecins sont de plus en plus attentifs aux troubles du sommeil. Car la personne qui souffre d’insomnies s’engage très vite dans un cercle vicieux, qui peut se résumer à : manque de sommeil = stress, stress = insomnie. Plus encore que les hommes, les femmes, habituées à mener de front vie professionnelle, vie familiale et vie privée, souffrent de ce désordre qui ne cesse de croître.

Principales clientes des spas, ces dernières y trouvent souvent une aide. En favorisant le lâcher prise, les établissements de bien-être proposent des soins de relaxation dans une ambiance apaisée. Qu’il s’agisse de massages, de flottaison, de grottes de sel ou de cocons sensoriels, les spas et les instituts peuvent jouer un rôle qui va au-delà d’un simple soin de bien-être.

Réapprendre à dormir

Avec l’énergie qui les caractérise, nos voisins d’outre-Atlantique se sont engouffrés dans le créneau de la sieste réparatrice et proposent une véritable rééducation du sommeil. À l’origine de Sleepgarden, Robert di Stefano et Mary Kelley, deux anciens insomniaques, ont développé des techniques et des protocoles pour réapprendre à dormir, à pratiquer en spa et à prolonger chez soi. Créée en 2000, la marque distribue aujourd’hui accessoires, cd, dvd et produits de soin favorisant l’endormissement. En partenariat avec le spa Esmeralda d’Indian Wells, en Californie, Robert di Stefano a aussi conçu des séminaires pour réapprendre à dormir.

En bons Américains, leur discours est alarmiste : les femmes qui passent moins de sept heures dans leur lit seraient sujettes aux pertes d’énergie au cours de la journée et présenteraient, à la longue, des symptômes dépressifs. Pas moins de 29% des femmes, affirment-ils, utiliseraient une aide au sommeil (anxiolytiques, somnifères, tranquillisants) plusieurs nuits par semaine.

Rééduquer son sommeil

Il est certain que les spas sont des endroits privilégiés pour réapprendre à dormir. L’ambiance concourt à provoquer un phénomène de lâcher-prise. Une belle cabine, organisée dans les règles de l’art constitue un environnement idéal pour le sommeil. De là à considérer que l’on pouvait faire la sieste au spa, il n’y avait qu’un pas.

À Paris, la Bulle Kenzo avait déjà innové il y a quelques années, en proposant des siestes sans rendez-vous. Vœu pieux, car, très vite, il a fallu attendre au moins quatre semaines pour pouvoir profiter de l’endroit… Aujourd’hui, le lieu n’existe plus. Mais des bars à sieste avaient pris le relais, avant que la Covid-19 ne vienne troubler les menus de soins un peu partout.

Des capsules à sieste

À New York, c’est un Français, Nicolas Ronco, qui a remis la sieste à l’honneur dans un spa urbain au concept bien particulier. Partant du principe que la ville qui ne dort jamais valait bien une sieste, son enseigne, baptisée Yelo, proposait ainsi des haltes de relaxation dans un cadre spécialement étudié pour effectuer des power naps de vingt à quarante minutes, accompagnés ou non de séances de réflexologie.

Grand voyageur, travailleur acharné, Nicolas Ronco a puisé son inspiration dans le comportement des cadres asiatiques qui, tout en travaillant à une cadence très dure, s’octroient de brèves siestes au cours de la journée. Une pratique encouragée par leur direction…

L’idée au départ était d’équiper les entreprises de cabines Yelo, pour que le personnel effectue des siestes revitalisantes dans son cadre de travail. Mais très vite, le jeune entrepreneur s’aperçoit que le meilleur moyen de convaincre ses interlocuteurs est de créer un lieu dédié. C’est chose faite en mars 2007. Après deux mois d’ouverture et d’articles dithyrambiques, le premier centre Yelo à New York affiche complet. L’enseigne essaime alors à Sao Paulo,, Chicago et Los Angeles. Ses atouts : conçue de façon légère, une cabine Yelo peut être opérationnelle en moins de dix heures…

Dans la plupart des établissements cependant, la sieste n’est pas proposée telle quelle. Mais une séance de chambre sensorielle, sur un lit à eau massant, avec aromathérapie, musique et lumière noire vous plonge dans un état de relaxation profonde. Alors, faire la sieste au spa ? C’est une prestation si facile à proposer dans une carte de soin…

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.