Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

Maud Prat : « L’épilation définitive permet aux esthéticiennes de bien gagner leur vie »

Epilation définitive

L’épilation définitive, quelle que soit la technologie employée, fait toujours débat. Or, pour l’entrepreneuse Maud Prat*, qui en a fait sa spécialité depuis près de 30 ans, c’est l’une des rares prestations qui permettent aux esthéticiennes de bien gagner leur vie.

Profession bien-être : L’épilation définitive n’est-elle pas avant tout un effet de mode ?

Maud Prat : Je ne pense pas. Cela fait près de 30 ans que je la pratique et le phénomène ne fait que s’amplifier. En fait, la vie est trop courte pour la passer à s’épiler. Il m’a toujours semblé essentiel de proposer une solution libératrice et rassurante, parce que le quotidien des femmes et des hommes d’aujourd’hui est déjà suffisamment chargé. Et l’épilation définitive est une solution durable.

Pourtant, quand vous avez commencé, la loi ne concédait que la pince à épiler et la cire aux esthéticiennes…

Oui. C’est bien pour cela que je n’ai cessé de me former aux technologies ! J’ai passé mon CAP d’esthétique à 17 ans, j’ai travaillé tout de suite comme esthéticienne dans un salon de coiffure à Biarritz. Quelques années plus tard, j’ai passé mon BP et mon brevet de maîtrise. Arrivée à Paris, en 1994, j’ai pratiqué le maquillage permanent et l’épilation électrique définitive sous la tutelle d’un médecin.

C’est là que vous avez eu le coup de foudre pour l’épilation définitive ?

Oui. Un an plus tard, j’ouvrais l’institut Pyrène à Paris, avec trois cabines en proposant de l’électrolyse, du maquillage permanent et des soins esthétiques Phyt’s. Très vite, j’y ai développé des soins amincissants, avec une association d’appareils techniques, de soins manuels et d’un suivi alimentaire avec des compléments nutritionnels. Mon institut s’est développé et j’ai un peu envahi la rue, avec un pôle de remise en forme avec trois coachs sportifs, un kinésithérapeute, un ostéopathe et un podologue, puis la création d’un pôle médical Pyrène Laser et esthétique.

Vous ne vous éloignez jamais vraiment du médical et du paramédical…

Je ne vois pas pourquoi je le ferais. Jusqu’ici, cette collaboration constante avec le milieu médical m’a permis d’évoluer dans la pratique de mon métier. J’ai ainsi pu associer l’électrolyse à l’épilation à la lumière pulsée et répondre à une demande de plus en plus importante de la clientèle.

Pourquoi cet engouement pour l’électrolyse ?

C’est la seule méthode à offrir un résultat 100% définitif. Elle est pratiquée depuis  1880. Nous avons donc assez de recul pour affirmer que cette technique d’épilation poil à poil est efficace !  Et ce, quelle que soir la couleur de la peau ou l’épaisseur du poil.

Pourquoi avoir rajouté la lumière pulsée ?

Parce que l’électrolyse est pour moi la méthode d’épilation définitive absolue, mais elle convient aux petites zones. Elle est donc parfaite pour le visage, où les poils sont plus délicats à enlever. La lumière pulsée permet de traiter des zones plus importantes comme les jambes, par exemple. Les deux méthodes sont complémentaires.

Pourquoi avoir remplacé l’électrolyse par l’épilation haute fréquence ?

Parce que c’est la nouvelle génération d’une technique que je maitrise depuis 28 ans. Elle agit au coeur du follicule pileux. La praticienne glisse un microfilament dans le canal pileux, qui, en quelques millièmes de seconde, détruit la structure germinative du poil.

Dans la continuité du geste, l’esthéticienne retire le poil traité avec une pince à épiler et le retire sans résistance, dans son intégralité. Et pour toujours. Le tout est parfaitement indolore. Il n’y a ni effraction cutanée, ni brûlure. Et la praticienne peut traiter 200 poils en 15 minutes.

C’est tout de même un travail très minutieux, non ?

Oui. C’est pourquoi il faut avoir le goût du détail et du travail bien fait. Et franchement, vous ne croyez pas qu’une esthéticienne mérite mieux que de pratiquer des épilations à la cire en continu dans la journée, avec les odeurs des chauffe-cires si difficiles à nettoyer en fin de journée ?

Il faut surtout être bien formé. C’est pourquoi, après avoir élaboré un réseau de franchise avec trois nouveaux instituts et deux centres de formation dédiés à l’épilation définitive, j’ai ouvert en 2021 l’école Pyrène aux extérieurs et obtenu des certifications Qualiopi et Datadock.

Pourquoi une école ?

Parce que mon but, c’est avant tout faire reconnaître la profession de l’électro-épilation en France. C’est le seul pays ou cette technique n’est pas officialisée. Or, l’épilation définitive est l’une des rares prestations qui permettent aux esthéticiennes de bien gagner leur vie. 

Il faut adopter les bons gestes pour assurer à la cliente un protocole de soin stérile, un poste de travail nettoyé et désinfecté après chaque soin, un confort post-traitement en toute innocuité, des filaments à usage unique. Toutes les praticiennes devraient se former à l’épilation définitive. Tout comme la dermopigmentation, l’épilation définitive est un soin technologique qui répond à une vraie demande du public.

Propos recueillis par Siska von Saxenburg.

(*) Maud Prat a créé le réseau des instituts Pyrène, spécialisés dans l’épilation définitive, et l’école éponyme.

 

FOURNISSEURS ÉQUIPELENTS D'ÉPILATION DÉFINITIVE

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.