Le travail en équipe, vrai levier de performance d’un institut de beauté

LA COMPÉTENCE DE L'ÉQUIPE EST LA VRAIE RICHESSE DE L'INSTITUT

Après trois jours passés au Congrès international de l’esthétique et spa, qui s’est tenu début octobre, de discussions techniques en échanges passionnés, une réalité s’impose : la vraie richesse d’un institut, c’est la compétence de son équipe.

L’esthéticienne est au cœur de votre institut. Non seulement elle assure les soins et les ventes au détail, sécurisant ainsi les revenus de l’établissement, mais son comportement impacte aussi toutes les étapes de gestion. Avoir choisi ce métier n’est pas anodin. Les professionnels qui choisissent cette voie souhaitent exercer un métier qui les comble : ils sont généralement dotés d’empathie et de sensibilité. Il n’en faut donc pas beaucoup pour les stimuler et les laisser s’épanouir. Juste éviter quelques bévues de gestion.

Le cœur sur la main

Les esthéticiennes sont en majorité des personnes attentionnées. Leur motivation principale ? «Faire du bien aux autres» ! Elles s’identifient à leurs clientes et leur manifestent de l’empathie. Elles aiment travailler avec leurs mains et voir des résultats. En un mot, elles sont passionnées par leur métier et avides d’apprendre de nouvelles techniques et d’appliquer des protocoles innovants.

En revanche, elles ne raffolent pas des taches nécessitant un bureau, un ordinateur et du classement administratif. C’est la raison pour laquelle la beauté et le bien-être font partie des premiers choix en matière de reconversion professionnelle. Beaucoup de candidats à ce changement ont vécu une première carrière dans des secteurs plus deshumanisés, comme les finances ou l’informatique.

Ils se déclarent alors «beauty addicts» et font souvent preuve de connaissances des soins avant même d’entamer leur cursus. Curieux de tous les secteurs du bien-être, de la santé, des produits et des ingrédients, ils abordent leur formation comme une voie vers une nouvelle vie et sont prêts à partager cet émerveillement avec leurs futurs clients.

Voilà pour le positif. Mais toute cette belle énergie peut être réduite à néant si la réalité du quotidien les frappe de plein fouet ! Il suffit d’une gérante d’institut maladroite qui en demande trop – ou pas assez – de consignes floues et de rivalités larvées, pour faire de cette équipe malmenée une bombe à retardement.

Établissez des objectifs clairs

La meilleure recette pour créer une équipe solide, c’est d’être vous-même un manager compétent. Les façons d’enseigner peuvent différer d’une école à l’autre, certaines sont meilleures que d’autres. Donc, la première étape est de bien comprendre les forces et les faiblesses de chaque membre du personnel et de les coacher en conséquence.

Vos esthéticiennes ont besoin de savoir ce que vous attendez d’elles, du moment où elles arrivent le matin jusqu’à leur départ le soir. Travailler dans le bien-être n’a rien d’une improvisation. Préparer les cabines, les nettoyer après le soin, assurer les protocoles et les flux de circulation, tout doit être codifié et clair dès le premier jour, d’où l’importance de la «bible», ce manuel qui détaille toutes les opérations à effectuer dans le cadre de l’institut.

Votre personnel doit savoir quels objectifs il doit atteindre sur une base quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle. Lors de leur formation, les esthéticiennes ont appris qu’elles sont censées offrir des options complémentaires et vendre des produits au détail. Et si elles n’y arrivent pas, ce sera à vous de les former en conséquence pour améliorer leurs performances. N’hésitez pas à vous tourner vers votre marque partenaire pour vous y aider. Après tout, la marque elle-même en bénéficiera, puisqu’à l’arrivée, votre équipe vendra plus !

Acceptez des horaires flexibles

Dans votre équipe, vous aurez toujours des alouettes, qui fonctionnent à plein régime le matin tôt, et des chouettes qui ne s’épanouissent qu’à parti de l’après-midi. Certaines ont des enfants à aller chercher, ou un long trajet pour rentrer… Au lieu de pester contre les contingences des unes et des autres, prenez-les en compte pour optimiser votre planning !

Être ouvert aux horaires flexibles peut considérablement arranger votre organisation. L’esthétique est un domaine dans lequel on fait beaucoup d’heures : permettre à votre personnel de choisir son horaire peut constituer une solution qui allègera certaines tensions. Pas si difficile : dans ce secteur qui connait un turnover important, les esthéticiennes restent dans un emploi qui se marie bien avec leur façon de vivre, et les horaires en font partie.

Reconnaissez l’expérience et l’ancienneté

Comme dans toute profession, plus une esthéticienne travaille, plus elle devient experte. Demander à une très jeune femme sortant de l’école d’être aussi performante qu’une praticienne qui affiche vingt ans d’expérience relève de l’utopie. Les vraies connaissances s’acquièrent à force de pratique. Il est donc logique de promouvoir une esthéticienne plus expérimentée, soit en l’augmentant, soit en lui donnant plus de responsabilités (soit les deux !)

Adoptez une transparence financière totale

En plus du salaire de base, une esthéticienne peut toucher un intéressement sur les soins et les ventes, voire recevoir des pourboires. Pour lui permettre de s’épanouir dans son emploi, il faut une transparence totale sur la façon dont ces revenus lui seront rémunérés, surtout si vous employez à la fois des salariés en CDI et des free-lance. Plus vous serez clair sur le décompte de leur rétribution, moins vous aurez de conflits à affronter.

N’esquivez pas les critiques

Les horaires d’un institut sont toujours serrés et il est parfois difficile de trouver du temps pour s’asseoir et écouter les commentaires de vos salariés. Mais si vous avez opté pour une politique de «porte ouverte», appliquez-la. Gardez un moment pour écouter les plaintes d’une collaboratrice, prendre en compte les suggestions d’amélioration d’un service ou étudier ensemble la résolution d’un problème peut faire des merveilles.

Il ne s’agit pas d’être au pied et de leur tenir la main en permanence, mais de garder un moment dédié pour échanger. Et de les écouter vraiment, sans laisser trainer le regard sur votre portable ou votre ordinateur. Même si votre réunion ne dure que dix minutes, assurez-vous d’accorder pleinement votre attention pendant ces dix minutes.

Investissez dans la formation

Dans l’idéal, vous devriez vous préoccuper de la formation de votre personnel au moins une fois par trimestre. Cela peut aller d’un séminaire avec votre marque partenaire à faire venir un consultant extérieur sur un sujet donné.

Mais cela peut aussi se traduire par une après-midi ou une soirée collaborative, créative et énergisante, que vous organiserez vous-même, en fonction de vos compétences. Gardez à l’esprit que vos praticiens aiment apprendre. Si vous ne financez pas ces formations, ils auront l’impression de ne pas progresser et ils iront voir ailleurs.

Parlez chiffres

Tous les trois mois, prenez le temps de passer 15 à 30 minutes avec chacun de vos collaborateurs pour faire un point sur leurs performances. Passez en revue leur taux de rétention, à savoir le nombre de clients qui reviennent en les demandant de façon spécifique, mais aussi leurs commissions sur les produits vendus. Cette petite mise à niveau régulière doit être simple et clair, de façon à être compris par tous. Et c’est un bon moyen de faire progresser l’équipe.

Motivez votre personnel

Certains collaborateurs ne sont pas motivés par un simple salaire mensuel. D’autres ne sont pas stimulés par l’attrait de commissions sur les ventes de produits. Et si les collaborateurs se sentent souvent encouragés par un manager qui les traitent sur un pied d’égalité, la reconnaissance et la gratitude ne dynamisent pas forcément tous les salariés. À vous de voir ce qui motive le plus vos esthéticiennes.

Découvrez nos partenaires

Dans la même catégorie d' Articles