Beauté

Bien-être

Business

Injections illégales d’acide hyaluronique à Nantes

Injections illégales d'acide hyaluronique

Une jeune femme est suspectée d’avoir procédé, dans son appartement, à des injections de toxine botulique et d’acide hyaluronique. Elle a été interpellée la semaine dernière pour exercice illégal de la médecine et travail dissimulé.

Elle se faisait connaître sur son compte public Instagram en proposant ses services «pour des pommettes saillantes, des lèvres pulpeuses et un joli nez», raconte Ouest-France. Ses soins étaient facturés entre 100 et 200 euros. Les policiers l’ont interpellée à son domicile le 5 juillet, à Nantes, après une dénonciation anonyme.

Problème : la jeune femme de 35 ans n’est ni médecin, ni infirmière, ni aide-soignante. «Ce sont des actes médicaux réservés à des professionnels de santé. Car ces gestes n’ont rien d’anodin et présentent des risques sanitaires. Il peut y avoir une mise en danger des clients», a indiqué Marianne Dewas, la substitute du procureur, citée par le quotidien régional.

La Sûreté départementale a retrouvé chez la suspecte des doses de toxine botulique et d’acide hyaluronique, ainsi qu’une table de massage. Au total, une trentaine d’actes a été dénombrée en 2021. «Dans cette affaire, ce n’est pas la quantité des prestations qui nous préoccupe le plus, mais bien le risque médical potentiel», a souligné la magistrate.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Prenez les nouvelles du jour avec votre café.

Compte tenu de la taille de notre audience, nous devons changer notre système d’expédition de la newsletter quotidienne. Pour continuer à la recevoir, il vous suffit de reconfirmer votre inscription en cliquant sur le lien ci-dessous. 

Cela vous prendra moins de 30 secondes… A tout de suite !

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.