Beauté

Bien-être

Business

Hair Look : itinéraire de deux entrepreneurs inspirés !

Flavio acuna

Lauréate du grand prix de l’innovation dans la catégorie «Impact social et sociétal», lors du salon Mondial Beauté Coiffure, début septembre, l’enseigne Hair Look a bien retenu les leçons de la pandémie, grâce à la créativité de ses deux fondateurs.

L’un est coiffeur, l’autre ne l’est pas. Jérôme Guiraud gère déjà son salon de coiffure lorsqu’il rencontre Michel Gomez, venu lui vanter la marque qu’il représente. Entre les deux hommes, l’entente est immédiate : ils ont tous les deux le respect du client, le goût de l’indépendance et quelques idées pour faire de la planète un monde meilleur.

Sans perdre le contact, ils vont poursuivre des routes parallèles jusqu’en 2015. Jérôme dirige alors sept salons, Michel quitte la marque cosmétique qui l’emploie, fatigué des contraintes des grands groupes. Ce qui les réunit à cet instant précis ? Le respect de l’humain. «Dans un grand groupe, on essaie toujours de presser les gens. On ne les valorise pas. C’est souvent un problème de management, dû à la personnalité du dirigeant», se souvient-il.

L’heure est venue de s’associer, de passer à une autre dimension. Leur projet commun est ambitieux : il s’agit de permettre aux salons indépendants de mieux gérer leur activité. Et cela fonctionne ! En cinq ans, leur groupement fédère 150 salons en misant sur la formation pour développer leur activité.

Le côté « sociétal » de la coiffure

Après avoir démarré à deux, avec l’aide d’une secrétaire, ils accompagnent aujourd’hui plus de 500 collaborateurs. Mais l’expansion de leur groupe ne suffit pas. Pour les deux entrepreneurs, la coiffure reste essentielle. Dans la réalité, le métier de coiffeur est un métier invisible, déplorent-ils. Et pourtant, il joue un rôle bien plus important qu’il n’y parait…

«C’est toujours une coiffure qui marque la marginalité. La coupe longue des zazous, les cheveux longs des beatniks ou les crêtes hérissées des punks marquent une appartenance. De même, la réinsertion sociale passe souvent par un passage chez le coiffeur», relève Michel Gomez. Les deux associés sont de plus en plus attentifs à ce côté «sociétal» de la coiffure.

De l’analyse de leurs connexions sur Internet, ils prennent conscience aussi de la préoccupation constante des clients concernant l’écoresponsabilité des établissements où ils se font coiffer. «La pandémie a précipité les choses. «Les gens se sont brusquement aperçus que tout ce qui leur semblait logique et acquis, pouvait changer du jour au lendemain», ajoute l’entrepreneur.

C’est l’occasion, aussi, pour les deux associés de passer la vitesse supérieure. Ils décident de créer une franchise mettant en avant l’écoresponsabilité. En cochant à toutes les cases : meilleure gestion de l’énergie, l’eau et l’électricité, emploi de matières recyclables, produits verts et surtout valorisation des déchets. Un message qui résonne de plus en plus auprès du consommateur. Le tout, en rendant la démarche abordable. Ce n’est pas une mince affaire : faire du polluant coûte toujours moins cher que l’inverse !

« Le respect de ce qui nous entoure » 

Mais ce n’est pas le premier défi qu’ils relèvent. C’est la naissance de Hair Look en 2020. Quatre salons adhèrent immédiatement au concept et une dizaine d’autres devraient ouvrir leurs portes d’ici à l’été 2022. L’environnement de ces «nouveaux salons» a été soigneusement étudié : contrat vert Engie, panneaux solaires pour alimenter les enseignes, économiseurs d’eau, peignoirs en matériaux recyclés, produits les plus « verts » possible, comme Aveda, partenariats avec des initiatives comme Cappilium ou Mon coiffeur s’engage, etc.

Les salons intègrent aussi des plantes dépolluantes, des murs végétaux, des panneaux en palettes recyclées : la nature constitue un rappel permanent. Au cœur de la stratégie de cette nouvelle démarche, l’expérience client. Mais aussi la valorisation des équipes. Le tandem est persuadé que l’on peut aujourd’hui créer une entreprise rentable, tout en respectant à la fois les clients et les équipes.

Ces dernières s’épanouissent davantage dans un projet commun où chacun peut s’investir. Michel Gomez a des étoiles dans les yeux : «Tout commence par le respect de ce qui nous entoure. Les quatre salons Hair Look qui ont adhéré au concept sont aujourd’hui des établissements qui fonctionnent, avec des équipes passionnées. Une dizaine d’autres salons devraient suivre leur exemple d’ici à l’été 2022».

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.