Logo profession bien etre : magazine d'actualité économique de la beauté et du bien-être

Beauté

Bien-être

Business

La beauté-santé s’en sort mieux que le reste du commerce spécialisé

commerce spécialisé

Face à un contexte économique tendu, les chaînes de parfumerie et les parapharmacies ont affiché de meilleures performances sur les neuf premiers mois de l’année que les autres secteurs, selon Procos, la fédération pour la promotion du commerce spécialisé.

«La demande est sous pression et les coûts augmentent plus vite que les chiffres d’affaires et les marges», relève Procos dans son bilan pour 2023. Après une activité 2023 «chaotique et imprévisible», le modèle économique des enseignes est «sous pression», poursuit la fédération qui regroupe 310 enseignes, lors de sa conférence de presse trimestrielle tenue jeudi dernier. 

La fédération pour la promotion du commerce spécialisé note que, sur la période janvier-septembre, les magasins spécialisés ont réalisé, en moyenne, des chiffres d’affaires en hausse de +3,3%, par rapport à la même période de 2022. Mais, à y regarder de plus près, certains secteurs s’en sortent mieux que les autres.

C’est le cas de la beauté-santé, qui affiche des performances largement au-dessus de la moyenne des enseignes depuis le début de l’année. Les ventes en magasin «restent soutenues» par rapport à 2022, avec une hausse de 10,1% entre janvier et septembre. Procos fait observer que cette croissance a été obtenue «grâce à des hausses de prix importantes et malgré la multiplication des promotions pour maintenir les volumes vendus».

Un potentiel de développement sur le Web

En septembre, la tendance reste toujours forte, même si l’activité progresse à un rythme moindre. Malgré une rentrée incertaine sur le plan économique, les entreprises du secteur «beauté-santé», du panel Procos, enregistrent une croissance de leur activité de 5% par rapport à la même période de l’an passé.

«Le secteur qui continue de résister le mieux à tous ces aléas conjoncturels successifs est la beauté-parfumerie dont l’activité en magasin croît de +5%. Ce secteur avait rencontré des difficultés importantes pendant la Covid puis durant les six mois suivants. Mais les tendances se sont bien orientées depuis début 2022», souligne Procos. 

Autre constat : le marché de l’hygiène-beauté affiche encore «du potentiel de développement» sur le Web, selon Procos, car le poids de ses dépenses sur Internet se situe à 13,2%, contre plus de 21%, en moyenne, pour l’ensemble des secteurs, après un «trou d’air» en 2022.

LIRE AUSSI : Commerce spécialisé : la beauté santé toujours dans le vert

Facebook
LinkedIn
WhatsApp
Email
Dans la même catégorie

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.