Beauté

Bien-être

Business

Provalliance : le leader européen de la coiffure dans l’escarcelle de Core Equity

C’est finalement le fonds belge Core Equity Holdings qui est devenu l’actionnaire majoritaire du groupe français Provalliance, propriétaire de 3 200 salons de coiffure dans 35 pays, dont les enseignes Franck Provost Jean-Louis David, Maniatis, Saint-Algue et Fabio Salsa.

À la mi-février, le quotidien financier L’Agefi avait révélé que les actionnaires du groupe fondé par Franck Provost étaient entrés en négociations exclusives avec le fonds d’investissement, «à l’issue d’une enchère animée par la banque d’affaires Alantra». Un mois plus tard, l’accord est scellé. «Core Equity Holdings est heureux d’annoncer qu’il a racheté la majorité des parts de Provalliance, premier fournisseur européen de services et de soins capillaires», pouvait-on lire vendredi dans le communiqué de la société belge.

Selon Le Figaro, l’opération porte sur 54% du capital de Provalliance, une transaction qui valoriserait le leader européen «entre 500 millions et 600 millions d’euros». «Je reste président du comité des actionnaires et mon fils Fabien, directeur général en charge de la direction artistique. Mais le holding familial devient actionnaire minoritaire (avec le management), avec 46 % du capital», a indiqué Franck Provost à nos confrères.

En 2019, Provalliance a réalisé 450 millions d’euros de chiffre d’affaires (pour des ventes sous enseigne de 1,5 milliard), avec une marge d’exploitation comprise entre 15 % à 20 %. Mais l’an dernier, tout le secteur ayant été frappé durement par la pandémie, le groupe de Franck Provost aurait perdu 30% de son activité. Pour autant, ce n’est pas la crise sanitaire qui a motivé la décision des actionnaires, assure son fondateur.

«J’arrive déjà à un âge certain. Il fallait donner un souffle nouveau à l’entreprise, avec des fonds nouveaux. Il y a eu pas mal d’hésitations ces dernières années, avec mes enfants. Je ne voulais pas me rendetter. Je reste président du comité des actionnaires et mon fils Fabien, directeur général en charge de la direction artistique. Mais le holding familial devient actionnaire minoritaire (avec le management), avec 46 % du capital», a confié Franck Provost au Figaro.

Après Provalliance, les salons Dessange ?

Les grandes manœuvres dans la coiffure vont se poursuivre. Après le numéro un français et européen, le fonds Core Equity s’apprête à avaler une autre pépite du secteur : le groupe Dessange International, avec lequel le nouveau propriétaire de Provalliance a pour point commun des contrats de licence avec L’Oréal.

Il n’est pas tout seul. La société de capital-investissement LFPI est aussi sur les rangs et «d’autres acteurs du ‘private equity’ américains ou venant du Moyen Orient pourraient se manifester dans les prochaines semaines», révélait le JDD le week-end dernier. Parmi les candidats à la reprise des salons Dessange figure aussi le coiffeur-entrepreneur niçois Pascal Coste prêt à engager «plus de 100 millions d’euros» dans l’opération.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.