Coiffure : fermer le samedi, une expérience hors de portée des petits salons ?

Les petits salons hésitent à fermer le samedi

Depuis la rentrée, l’idée fait son chemin : des salons de coiffure renoncent à ouvrir le samedi, pour le bien-être de leurs salariés et attirer de futurs employés.

Ils ont choisi de fermer leurs salons le samedi après-midi. Depuis le début du mois, les portes sont closes à partir de 14h. Hormis la matinée, les clients doivent réserver ailleurs s’ils n’ont que le week-end pour aller se faire couper les cheveux. Mais pour les salariés, la possibilité d’avoir une vie de famille à la fin de la semaine, c’est un luxe dans ce métier.

«Les coiffeuses, quand elles ont leur premier enfant, elles ne veulent pas continuer à travailler le week-end, alors elles partent. Moi, j’ai les moyens de fermer le samedi après-midi, j’ai un salon qui marche bien. Et ça me rend plus attractif pour recruter», explique Philippe Pallier, gérant d’un salon à Saint-Grégoire, près de Rennes, auprès de France 3 Bretagne.

Même constat pour Jean-Philippe Thébaut, patron d’un salon à Guichen, dans la région, qui recherche, lui aussi, des bras pour faire tourner son salon. «Maintenant, dans les candidatures que je reçois, les postulants et postulantes mettent des conditions, et c’est le plus souvent de ne pas travailler le samedi, ou le mercredi», relève le coiffeur.

« On était complet tous les samedis »

France 3 Bretagne a également interrogé un troisième professionnel, Jean-Yves Massard, qui gère deux salons dans le centre-ville de Rennes. «Jusque-là, on était complet tous les samedis après-midi. Maintenant, ce qu’on ne fait pas les samedis se répartit sur le reste de la semaine. Les employés sont ravis. Et les clients nous disent qu’on a bien raison !», assure-t-il.

Mais cette solution est-elle applicable aux petits salons ? Pas sûr, selon les gérants interviewés, qui reconnaissent que le fait d’avoir des structures importantes et une clientèle fidèle est un atout pour pouvoir fermer le samedi. Difficile, en effet, de se priver d’un chiffre d’affaires aussi important, sans filet de sécurité.

Découvrez nos partenaires

Dans la même catégorie d' Articles