Beauté

Bien-être

Business

Parce que le bien-être, c'est aussi une affaire de professionnels

Coiffure : dix attitudes qui plombent l’ambiance d’un salon

MANAGEMENT DU SALON DE COIFFURE : DIX ATTITUDES À ÉVITER

Vous n’avez pas besoin d’être un as du management pour améliorer l’ambiance d’un salon de coiffure ! Si vous évitez ces dix erreurs, vous aurez déjà fait un grand pas vers la cohésion de votre équipe.

# 1 – Ne pas dire bonjour le matin

Cela n’a l’air de rien. Mais une personne taciturne qui arrive le matin, la mine sombre, donne le ton aux autres. Et il suffit d’un seul individu pour baisser le moral de tous ! Il ne s’agit pas de jouer les ravis de la crèche chaque matin, mais une petite marque de courtoisie fait du bien à tous, coiffeurs et clients compris.

#2 – Se montrer trop bavard

C’est un défaut courant chez certains collaborateurs. Mais la logorrhée verbale ne convient pas à tous ! Un papotage incessant peut non seulement incommoder les clients – même si certains en raffolent -, mais aussi empêcher les autres coiffeurs de travailler efficacement. Surtout si le bavard impénitent possède une voix de crécelle…

De plus, à force de parler à tort et à travers, on finit par lâcher des informations qui n’intéressent personne. Après tout, votre cliente n’a pas à connaitre ni les détails de votre vie intime, ni les secrets du salon.  Le mot d’ordre serait plutôt : «on gagne toujours à taire ce qu’on n’est pas obligé de dire !»

#3 – Piquer ses idées à un collaborateur

Il est parfois tentant de se parer des plumes du paon. Mais c’est toujours un (très) mauvais calcul. Non seulement vous vous attribuez des mérites que vous n’avez pas (donc nul sur le plan moral), mais vous n’êtes pas forcément apte à les réaliser dans la pratique, ce qui risque de vous mettre dans l’embarras un jour ou l’autre. Sans parler de la colère et de la frustration que vous allez créer chez le collaborateur auquel vous aurez «volé» ses idées.  Résultat : un triple mauvais plan.

#4 – Communiquer exclusivement par SMS, mail ou réseau social interposé

Bien sûr, notre environnement se digitalise. Faut-il pour autant renoncer au contact direct ? Se réfugier derrière un écran favorise la lâcheté et met une distance inutile entre vous et votre interlocuteur. Et ne vous y trompez pas : sms, mails et posts sur les réseaux sociaux laissent des traces écrites que l’on peut un jour utiliser contre vous.

#5 – Laisser le nouveau se débrouiller seul

Chaque salon possède ses process et sa propre culture. En laissant un nouveau se débrouiller seul, vous courez deux risques. Soit il est malhabile, et ses bourdes vont influer sur la réputation du salon, soit il est (très) compétent, et il va séduire la clientèle au détriment de ses collègues. Dans les deux cas, vous avez perdu. Mieux vaut l’intégrer, lui expliquer la culture interne de l’entreprise, pour éviter de le perdre ou de provoquer une mutinerie contre lui.

#6 – Réagir à chaud

C’est le plus mauvais des plans. Réagir immédiatement à la remarque ou à l’attitude d’un collaborateur sans prendre la peine de réfléchir ne fonctionne jamais. Laissez la colère ou votre émotivité prendre le contrôle donne généralement de mauvais résultats. Mieux vaut laisser les tensions s’apaiser et en parler en privé, loin des clientes et des autres collaborateurs.

#7 – Ne pas recadrer un tire-au-flanc

Nous avons tous connu, un jour ou l’autre, un collaborateur qui a le chic pour faire semblant de travailler, ou qui se ménage des pauses incessantes. Mais la paresse est contagieuse : si vous n’y mettez pas le holà, le reste de votre équipe risque fort de suivre son exemple. Restez attentif et veillez au grain. Oui, il faut garder l’œil à tout, mais la réussite de votre salon est à ce prix.

#8 – Arriver en retard

Chez certains collaborateurs, c’est pathologique. De cinq minutes à une demi-heure, ces employés ont toujours une bonne excuse pour ne pas arriver à l’heure. Dans la plupart des cas, c’est qu’ils vont travailler à contrecœur. A vous de les motiver. Et surtout, de donner l’exemple ! Si vous ne vous disciplinez pas vous-même, alors que c’est votre propre salon, comment demander à vos collaborateurs de le faire ?

#9 – Refaire le travail d’un autre

C’est la pire humiliation à infliger à un coiffeur : «rattraper» sa coupe ou son coiffage. N’y ayez donc recours qu’en tout dernier lieu. En règle générale, ne vous valorisez jamais aux dépens d’un collaborateur.

#10 – Se laisser déborder par les râleurs

Certains collaborateurs sont plus vindicatifs que d’autres. Ce sont toujours eux qui provoquent les revendications. Plutôt que de gérer toutes ces réactions au coup par coup, instaurez dans la semaine – de préférence dans une journée «creuse» – une heure au cours de laquelle ils pourront s’exprimer librement sur ce qui, d’après eux, ne fonctionne pas dans le salon. Et répondez.

Merci à Erik Dumon pour son expertise précieuse du management du salon de coiffure. À la tête d’Educattitude, il a conçu une formation du créateur au long cours, avec des séances réparties chaque trimestre.

Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin

Dans la même catégorie d' Articles

Nous utilisons des cookies

Welcome Back!

Login to your account below

Retrieve your password

Please enter your username or email address to reset your password.